Archives par mot-clé : religion

2024 : de l’équipe à la revue

Pour la troisième année, l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence” se réunit à Paris du 21 mai au 11 juin 2024 pour une dernière série de séminaires. Des formats multiples et des thématiques variées pour aborder les notions satellites autour du silence: l’absence, la mort, le non-dit, le mensonge… Ces activités sont l’occasion d’accueillir un certain nombre de collègues français et étrangers travaillant, dans la diversité de leurs disciplines, sur ces notions, et de créer des espaces de discussion autour de la présentation de dossiers, de terrains, d’études de cas ou de concepts.

L’édition 2024 qui clôt cette belle aventure au sein de l’École des hautes études en sciences sociales permet d’accueillir quatre enseignants-chercheurs dans le cadre du programme “professeur·e invité·e” de l’EHESS pour une série d’interventions dans le domaine de l’anthropologie politique, de la philosophie du droit, de l’histoire médiévale et de la culture littéraire de la première modernité : Clara Bonet Ponce (Université catholique de Valence, Espagne) ; Alberto Andronico (Université de Catane, Italie) ; Anat Rosenberg (Reichman University, Israël) ; Scott G. Bruce (Fordham University, USA). La conférence de clôture sera prononcée le 11 juin en format hybride par Emily Thompson, professeur d’histoire à l’Université de Princeton (USA).

Les séances du 4 et du 11 juin sont consacrées en partie au travail de définition et de conceptualisation de termes récurrents, véritables jalons dans les activités de l’EIT : silence religieux, silenciation, silence de mort, absence, musique, etc. Elles fournissent donc l’occasion de revenir sur les principaux apports de la recherche collective menée au cours des trois dernières années et de poser les bases notionnelles pour les prolongations à donner à ces travaux. Pour ce faire, l’équipe crée une revue en ligne consacrée à cette thématique, Silences : revue interdisciplinaire, en cours de production sur la pépinière de la MSH Paris Nord. Elle sera officiellement lancée au cours d’une après-midi de présentation (conférence-projection, concert) le 4 juin et le contenu de son premier numéro sera détaillé le 21 mai lors de la première séance de séminaire.

PROGRAMME DES ACTIVTITES 2024

Silence(s) : du projet collectif à la revue. Autour du numéro “Faire Silence” – mardi 21 mai 2024 – 10h-16h30 – Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.02

10h Vincent Debiais (CRH-EHESS) & Deborah Puccio-Den (LAP-EHESS) – Introduction
10h30 Catherine Perret (Université Paris 8) – Tissée de silences. La clinique de Fernand Deligny
10h50 Sarah Privat Lozé (CESPRA-EHESS) – Fabrique et pratique du silence dans le Cambodge khmer rouge. 1975-1979
11h10 Elisabeth Anstett (ADES, Aix-Marseille Université) – Vers une anthropologie de la destruction. Dissimulation, effacement et silence dans les contextes marqués par les violences de masse
11h30 Véronique Bénéï (LAP-EHESS) – Silences du déplacement et technologies de la terreur
11h50 Discussion

14h Jean-Luc Bonniol (Aix-Marseille Université, Centre Norbert Elias) – Le silence de la race
14h20 Deborah Puccio-Den (LAP-EHESS) – “50 nuances de Kiz”. Danse, couleur et silences à Paris et en banlieue parisienne
14h40 Lola Mégean (LAP-EHESS) – La cliente de services sexuels : oubliée de la recherche en sciences sociales ?
15h20 Vincent Debiais (CRH-EHESS) – Du silence au silence
15h40 Discussion

“Dans le silence de la loi”. Antigone, Rome, Cosa Nostra – mardi 28 mai 2024 – 10h-13h00 – Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.02

10h Accueil
10h15 Alberto Andronico (Université de Catane) – Ceci n’est pas un dialogue : une lecture du conflit entre Antigone et Créon
11h Soazick Kerneis (Univeristé de Paris Nanterre) – Dans le silence de la loi : l’usage des mores dans la République romaine
11h45 Pause
12h Deborah Puccio-Den (LAP-EHESS) – De l’omerta de la mafia à la “folie” du repentir : des silences “incommensurables”
12h45 Discussion

Silence(s). Des mots pour le dire, I – mardi 4 juin 2024 – 10h-12h30 – Campus Condorcet, MSH Paris Nord, salle panoramique

10h Accueil
10h15 Vincent Debiais (CRH-EHESS) & Deborah Puccio-Den (LAP-EHESS) – Introduction – de la nécessité d’un lexique du silence
10h30 Clara Bonet (Université catholique de Valence) – “Con una voz del alma”. Sons et silence de l’accouchement
11h Alberto Andronico (Université de Catane) – Protect Me From What I Want. Une lecture de la correspondance entre Einstein et Freud
11h30 Ida Susser (CUNY, New York) – The Politics of Silence
12h Anat Rosenberg (Reichman University) – When is Silence a Normative Phenomenon ? Lessons from the History of Advertising

Mafiacraft, Silence, and the Law – jeudi 6 juin – 9h-12h – EHESS – Raspail, salle AS1_23

9h Accueil
9h15 Anat Rosenberg (Reichman University) – Mafiacraft and the Material Turn in Law
9h45 Alberto Andronico (Université de Catane) – Parler de ce dont on ne peut pas parler : l’importance des noms
10h15 Deborah Puccio-Den (LAP-EHESS) – Mafiacraft : de la “loi du silence” aux silences du droit
10h45 Discussion
11h Table ronde – avec la participation de Gianvito Brindisi (Université de Naples) ; Margherita Geniale (Université de Messine) ; Vincenzo Militello (Université de Palerme) ; Daniela Piana (Université de Bologne) ; Fabrizio Sciacca (Université de Catane).

Silence(s). Des mots pour le dire, II – mardi 11 juin – 10h-17h30 – Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.09

10h David García-Ramos (Université catholique de Valence) – Le théâtre comme carte du silence
10h20 Ingrid Falque (Université catholique de Louvain) – Le silence des images cartusiennes (anciens Pays-Bas-Bas, 14e-16e siècle)
11h Scott Bruce (Fordham University, New York) – Silence as a Moral Imperative in Religious Traditions
11h20 Clara Bonet (Université catholique de Valence) – Un silence de mort
12h Emanuele Coco (Université de Catane) – Le dévoilement. Le silence et “l’essence des choses”

14h Francesca Sbardella (Université de Bologne) – Non-dit et construction de la personne chrétienne
14h30 Ida Susser (CUNY, New York) – Silencing 
15h Alberto Andronico (Université de Catane) – Garder le vide: Quelques remarques sur les fondements de l’ordre juridique
15h30 Anat Rosenberg (Reichman University) – Disavowal as an absence of conceptual language to address enchantment
16h Emily Thompson (Princeton University) – Conférence de clôture : The Silence of Sound Movies, 1927-1931
17h10 Rémi Labrusse (CRAL-EHESS) – Présentation de l’album Silence

Toutes les activités de l’équipe internationale triennale sont ouvertes au public après inscription préalable sur la plateforme “participation” de l’EHESS. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais ou Deborah Puccio-Den.

Silence(s), acte II (juin 2023)

Pour la deuxième année consécutive, l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence” se réunit à Paris pour y tenir ses activités collectives, entre séminaire, journées d’études et présentations d’ouvrages. Comme l’an passé, cette “résidence” parisienne est l’occasion de partager les recherches sur le silence des membres de l’équipe, en présence des professeurs et des chercheurs invités. Toutes ces activités, ouvertes au public, abordent des sujets variés dans l’interdisciplinarité et entendent réserver une grande place à la discussion et au partage des expériences de recherche. Le programme et la présentation des différentes activités sont disponibles ci-dessous.

Vendredi 2 juin 2023 – Silences meurtriers: une anthropologie politique de l’absence (EHESS-Raspail)

Dans ce séminaire, nous interrogerons le lien social, politique, humain, tel qu’il peut s’établir dans et par l’absence, dans plusieurs contextes ethnographiques. Nous proposons d’explorer l’hypothèse théorique selon laquelle l’absence est une « signature du politique » au sens large, là où elle se substitue à l’exercice du pouvoir. Nous nous écarterons ainsi des formes dominantes d’enquête ethnographique sur le politique qui se concentrent, pour la plupart d’entre elles, sur la subjectivité (la citoyenneté, les migrants, etc.), sur les collectifs politiques (État-nation, partis politiques), sur les modes de domination et sur les formes de présence (façons d’être au monde, ontologies). Nous ouvrirons notre questionnement par ce que Yael Navaro (2020) a appelé « une méthodologie négative », creusant les modes relationnels engendrés par l’absence quand « elle émerge comme une réalité politique ». Nos objets ethnographiques seront tour à tour présentés comme une série de figurations ou présentifications de l’absence. Dans ce sens, Kriti Kapila sondera l’excès généré par la disparition et la dépossession en tant que pratiques de souveraineté de l’État numérique en Inde. Cette ontologie négative, centrée sur ce qui n’existe pas et sur les modalités sociales de non-existence, peut s’articuler avec le silence comme « régime de langage et d’action ». Deborah Puccio-Den examinera le silence engagé pour que l’absence devienne une réalité tangible et effrayante dans les pratiques meurtrières des mafieux siciliens. Silence et absence seront donc à la fois l’objet de notre analyse, et de notre inquiétude, sur les conditions de notre pratique ethnographique et de nos méthodes de recherche lorsqu’elles se confrontent à la disparition de la preuve et des corps. Nous tenterons in fine de faire émerger la trame conceptuelle au sein de laquelle la nature relationnelle de l’absence peut être étudiée, ainsi que son potentiel pour une nouvelle anthropologie politique.

Mardi 6 juin – Silence(s): approches interdisciplinaires (EHESS-Condorcet)

Première séance du séminaire de l’équipe internationale triennale « Arts et Intelligences du silence » qui réunit au sein de l’École des hautes études en sciences sociales un groupe de chercheurs (anthropologues, historiens, historiens de l’art, sociologues, psychiatres) autour de la notion polymorphe de « silence ». Son appréhension par les sciences humaines et sociales constitue toujours un défi dans l’analyse de ses manifestations comme dans l’établissement de définitions robustes permettant de savoir ce que l’on désigne sous le nom générique de « silence ». Le choix des chercheurs de cette équipe a été de l’étudier par le biais de ses « arts » – à savoir des multiples manières de le faire exister dans des espaces réels et fictionnels à la fois – et de ses « intelligences » – à savoir des modalités de le rendre intelligible au moyen de différentes opérations herméneutiques qu’il s’agira de décrire. Le programme « Arts et intelligences du silence » se propose de mener une recherche collective sur ces problématiques et de faire émerger, par le dialogue et l’interdisciplinarité, les contours d’un objet d’étude commun pour l’analyse de cette modalité particulière du langage et de ce régime d’action qu’est le silence.

Mardi 13 juin – Son et silence au Moyen Âge (EHESS-Condorcet)

Parmi les activités de l’équipe internationale triennale « Arts et Intelligences du Silence », la séance du séminaire qui se déroulera le mardi 13 juin est consacré au Moyen Âge occidental, et aux relations entre la voix, et plus généralement les sons, et le silence. Rompant en apparence l’approche pluridisciplinaire et trans-périodes chère à l’EIT, cette journée est toutefois conçue comme un temps d’échange autour de recherches récentes qui démontrent combien les activités humaines dans leur ensemble produisent et reflètent au Moyen Âge les phénomènes sonores. Là, le silence est au cœur de pratiques sociales d’ordre, de régulation et de contrôle, et il se superpose plus qu’il ne s’oppose à la parole, à la musique, au bruit. À travers des présentations abordant des sujets et des contextes variés, il s’agira de définir cet entremêlement médiéval du son et du silence, et d’inscrire ces réflexions dans les problématiques plus larges soulevées par les travaux de l’EIT.

Vendredi 16 juin – Droit & Silence(s) (EHESS-Raspail)

Le droit remplit les interstices du réel mettant des mots, performatifs, là où parfois il y a des absences, des trous, des vides – lorsqu’il qualifie des faits incertains en leur donnant la stabilité des faits de droit. Les anthropologues, juristes, psychanalystes et philosophes engagés dans cette journée d’étude iront en amont de ces opérations de qualification juridique, de ces processus de responsabilisation et de ces transformations ontologiques afin de voir comment le droit opère face à l’invisible pour personnifier des entités naturelles comme les fleuves, attribuer une forme juridique à des menaces collectives comme la mafia, établir le fondement réel du fantasme ou la réalité du sorcier (the witch), ou encore pour interpréter tout ce qui dans le consentement relève du tacite. Ces échanges interdisciplinaires essayeront de préciser le rapport que le droit entretient avec le(s) silence(s) dans plusieurs contextes socio-politiques et aires géographiques (Inde, Amérique Latine, Afrique, Europe) pour une meilleure compréhension des pouvoirs respectifs du droit et du silence.

1, 8, 15 et 22 juin – Séminaires Mondes du crime, mondes du silence : y pénétrer, les comprendre, les décrire (EHESS-Raspail)

Un criminologue, un sociologue et une ethnologue confronteront les techniques et méthodes, qualitatives et quantitatives, utilisées pour pénétrer les mondes du crime (enquêtes ethnographiques dans les favelas brésiliennes ou auprès de la mafia sicilienne, modélisation mathématique des réseaux transnationaux s’adonnant au trafic de drogue, de migrants, d’enfants…) : comment pénétrer, comprendre et décrire des groupes qui échappent à la vue, mais dont on ne fait que parler ou qui font beaucoup parler d’eux ? Quel sens donner à des pratiques criminelles qui, tout en étant « illicites », investissent plusieurs sociétés et espaces, combinant spécificités locales et enjeux globaux ? Quelles approches théoriques, quelles sources et quelles preuves pouvons-nous mobiliser pour décrire ces groupes invisibles ? La première étape de ce séminaire sera donc de déployer le volet « intelligences du silence » par le partage d’une interrogation, et d’une inquiétude, sur nos pratiques d’enquête, et sur les formes d’écriture adoptées et possibles lorsqu’il s’agit de décrire des univers voués au silence. Une attention particulière sera donc portée aux défis éthiques et déontologiques soulevés par le choix d’observer et de restituer l’action de groupes et individus qui, eux, ont fait le choix de dissimuler leur action. Ces mondes que l’on dit silencieux produisent aussi des formes d’autoreprésentation – lors de performances dansées, chantées, musicales, via de multiples supports (murs, photos, vidéos, plateformes numériques) – permettant de les aborder autrement que comme des univers mus uniquement par des logiques de violence, de déprédation, d’enrichissement et de profit : quels modes de gouvernance, quelles normes sociales, quelles modalités relationnelles sont données à voir dans et par ces expressions artistiques ? Comment les acteurs perçoivent-ils leurs activités et leur rôle au sein de leurs communautés ? Et comment, pour finir, ces langages artistiques s’articulent-ils avec le silence, prétendu et réel, de ces mondes criminels ? Ce sera la deuxième étape de notre réflexion conjointe, déployant le volet « arts du silence ».

Vendredi 23 juin – Les sens du politique (EHESS-Raspail)

Lorsqu’on mène une anthropologie politique du silence, de l’absence, de l’invisible, on doit procéder à une réorientation sensorielle : sens du chercheur tout d’abord qui ne pouvant pas forcement poser des questions explicites sur le terrain doit aiguiser sa perception sensible du monde politique social pour se mettre à l’écoute de son silence. Cette nouvelle posture a comme effet la production d’autres formes de description du lien social et politique – lorsque ce dernier est établi par le toucher, structuré par des goûts ou des dégoûts, façonné par l’odorat… – et du pouvoir – lorsque ce dernier se donne à voir comme tel parce qu’il est intouchable, intangible, inaudible et sourd, hors portée sensorielle… A partir de ces appréhensions sensibles du politique, nous essaierons de dégager dans ce dernier séminaire une réflexion sur la possibilité de repenser les « ontologies » en fondant leur description sur des manières de disparaître du monde ou de l’habiter par son absence. Ces descriptions sont-elles susceptibles de conduire à une redéfinition du politique, fondé sur des formes invisibles de domination plutôt que sur des processus de subjectivation ? Des terrains menés en Afrique, en Europe, en Inde et dans l’espace post-soviétique donneront corps et matière à ces discussions.

Mardi 27 juin – Faire silence (EHESS-Condorcet)

Le silence a souvent était décrit comme quelque chose qui n’est pas là, une parole qui s’absente, un bruit qui s’évapore, un vide, un « trou » ou un « blanc » dans la communication ; il a aussi été décrit comme quelque chose qui est déjà là, soubassement de tout acte de langage qui vient s’y poser. Cette séance se propose d’interroger le silence en train de se faire, en explorant sa dimension pragmatique et les problèmes pratiques que cette exploration implique sur le plan de la méthodologie, voire de la déontologie de la recherche. Etudier les multiples façons de faire silence induit à s’interroger sur ce qu’il fait à son tour à la vie sociale. C’est pourquoi nous nous intéresserons aussi aux liens créés par le (ou en) silence, prenant à contrepied l’image courante qui le représente comme un « mur ». Au contraire, nous faisons ici l’hypothèse qu’il s’agit bien d’un régime de langage et d’action particulier, dont ce séminaire souhaite questionner l’ontologie. Comment le silence existe-t-il socialement ?

silence dans l’art, arts du silence

Francesca Sbardella, auteur de l’ouvrage Abitare il silenzio. Un’antropologa in clausura (Viella, 2015) et Vincent Debiais, auteur de l’ouvrage Le silence dans l’art (Les Éditions du Cerf, 2019) seront les invités de Deborah Puccio-Den à la séance intitulée « Silence dans l’art, arts du silence », du séminaire de l’EHESS Ethnographier le silence. Pratiques, méthodes, perspectives théoriques, qui se déroulera jeudi 8 avril, de 12h à 15h, via zoom. Le silence y sera exploré à travers le langage des images, des reliques et des statues.

Lorsqu’une anthropologue et historienne des religions ayant mené des terrains sur les Sœurs Carmélites en France rencontre un historien de l’art du Moyen Age ayant conduit des recherches sur les figurations du silence, ce thème s’ouvre à de nouveaux horizons d’intelligibilité devenant un espace à « habiter », aussi bien dans son for intérieur que dans le monde, une épreuve à traverser, dans les tréfonds de son âme et dans le « désert », mais aussi une pratique à partager collectivement, une « règle », un faire le silence en soi ou ensemble pour mettre en syntonie l’univers terrestre avec le temps céleste. Nous savons que cette conjonction avec le divin nécessite une mise à l’écart de la parole comme instrument de communication humaine, mais nous savons également que, dans la religion chrétienne, la parole divine s’incarne, le Verbe se fait chair, Dieu advient sur terre. Les Vierges des fêtes de « Maures et Chrétiens » espagnoles, oscillant rituellement entre silence et parole, interprètent la contradiction inhérente à l’ambiguïté de leur statut,  entre icône et idole, entre terre et ciel. Objets d’une parole détournée, ces Vierges portent en elles aussi le non dit de la guerre civile espagnole et de ses violences iconoclastes. Leur silence devient alors un art du non dit.

La possible lecture de l’image est en débat depuis W. Benjamin ; son écoute, le fait d’entendre ce qu’elle montre, sa dimension sonore semblent quant à elles réservées aux images en mouvement. Si elles proposent là une articulation entre la présence et l’absence, on peut aussi s’interroger sur leurs relations au silence. C’est à cette question que Vincent Debiais s’attachera au cours de cette séance. La figuration explicite du silence en tant que sujet de l’image dans l’art médiéval lui servira de point de départ pour explorer les recours visuels susceptibles de donner à voir et à entendre le silence dans la peinture, mais aussi dans l’architecture ou la musique. L’exposé sera essentiellement centré sur les images religieuses dans l’art chrétien de l’Europe occidentale, et envisagera les liens entre théologie, culture visuelle et anthropologie des images.

Francesca Sbardella interrogera les gestes et silences du sacré dans le traitement des images et des reliques. En Europe, dans les zones relevant de la catholicité, les restes humains (parties osseuses du corps ou tissus étant entrés en contact avec celui-ci) de personnes réputées exceptionnelles sont généralement thésaurisés et transformés en reliques. La production et la re-production de l’objet-relique se font dans des monastères et se réalisent in primis sur le plan matériel. L’historienne des religions présentera, dans une optique anthropologique, les pratiques d’intervention sur les restes en question, le rôle des moniales qui s’y consacrent et les processus de « silencement » qu’elles mettent en œuvre. Le silence-prière qui caractérise l’opération en tant que telle et le silence-secret portant sur les modalités d’exécutions seront également “exposés” à travers un film réalisé par l’anthropologue sur son terrain.

Deborah Puccio-Den fera état de ses terrains sur les pratiques rituelles entourant les statues des Vierges protagonistes des fêtes espagnoles de « Maures et Chrétiens », posant la question du statut de l’image, de la parole et du silence dans le dogme et dans la pratique chrétienne. On verra comment l’attribution de qualités transcendantes passe, paradoxalement, par une humanisation des statues, dont les pouvoirs sont réactivés par la parole, avant qu’elles ne soient ramenées au silence comme espace-temps de la prière et de la contemplation. Ici encore, ce sont des images en mouvement qui seront analysées, au cœur des pratiques qui les animent (et dés-animent), qui les font parler et qui les font taire, pour incarner le mystère de l’invisible présence du divin en elles.

Le séminaire se déroulera via zoom, lien disponible sur demande à la coordinatrice : Deborah.Puccio-Den@ehess.fr