Archives par mot-clé : mafia

Ouverture de la chaine “Arts et Intelligences du silence”

Afin de diffuser les travaux de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence, l’École des hautes études en sciences sociales vient de créer un espace de dépôt pour les vidéos des conférences, séminaires et autres opérations de recherche des membres de l’équipe. Cette semaine, une nouvelle publication avec l’enregistrement de la séance du 11 février dernier du séminaire de Deborah Puccio-Den.

Dans le cadre de son séminaire « Ethnographier le silence », Deborah Puccio-Den, coordinatrice de l’EIT « Arts et Intelligences du Silence », a propose le 11 février dernier une réflexion sur « ces choses dont on ne parle pas » : le délit, l’entente criminelle, l’inceste. Dans ce cadre, elle recevait l’anthropologue Léonore Le Caisne pour son travail sur le silence autour de l’inceste , pour un échange sur les mots et leurs limites à dire la violence et la douleur. En raison de la situation sanitaire, la séance de séminaire était organisée à distance et a fait l’objet d’un enregistrement. Dans la vidéo ci-dessous, on retrouvera les exposés de Deborah Puccio-Den et d’Éléonore Le Caisne, ainsi que les discussions nombreuses qui ont fait suite aux deux présentations.

La trace du sang et des mots

Dans le cadre de la prochaine séance du séminaire “Ethnographier le silence”, Deborah Puccio-Den, coordinatrice de l’EIT “Arts et Intelligences du Silence”, propose une réflexion sur “ces choses dont on ne parle pas”: le délit, l’entente criminelle, l’inceste. Elle reçoit l’anthropologue Léonore Le Caisne pour son travail sur le silence autour de l’inceste le jeudi 11 février, pour un échange sur les mots et leurs limites à dire la violence et la douleur.

La difficulté à traduire l’affect dans le langage est un invariant anthropologique, ou presque. C’est le cas pour les ressentis positifs ou stimulants, sanctionnés positivement par l’éthique, la loi ou les codes partagés d’une norme ; c’est d’autant plus le cas pour ce qui relève d’une douleur, d’une violence, d’actes placés per se hors du champ social du légal, du permis, de la morale. La littérature, la poésie en particulier, et l’art en général cherchent en permanence à repousser les limites du langage pour qu’il accueille l’affect en sa profondeur ; défi du discours et dépassement du non-dit pour dire quand même. L’anthropologie de son côté analyse les situations dans lesquelles le langage, dans sa limite, devient précisément l’indice d’un affect et d’une situation sociale en tension entre la norme et son dépassement.

Pour cette nouvelle séance du séminaire “Ethnographier le silence”, Deborah Puccio-Den nous invite à considérer deux contextes de cette tension. En se basant sur son propre travail sur la “mafia”, elle envisage le silence qui entoure l’intention du délit mafieux. Entre l’explicite éventuel d’un ordre et l’acceptation tue du délit, le meurtre est entouré d’une série d’étape où règne le silence, la parole étant supplantée par la hiérarchie, la dépendance, l’influence et le secret. L’honneur est soutenu par le fait d’obéir sans discuter et d’exécuter sans dire. Le fait même de l’association repose sur une forme de contrat tacite, signé à force de gestes, d’attitudes, de postures criminelles. Deborah Puccio-Den reviendra ainsi sur les difficultés de l’exercice de la justice pour le monde dans lequel l’appartenance ne se dit pas, repose sur des codes de silence, et dans lequel l’intentionnalité semble échapper constamment aux discours du juriste.

Léonore Le Caisne, dans ses terrains autour de l’inceste, démontre elle aussi que le silence est au cœur des relations entre la victime et le coupable. L’affect empêche de dire, de se plaindre, de dénoncer, la douleur entrave une parole qui dirait le délit et le coupable. Bien plus encore, Léonore Le Caisne apporte de précieuses nuances dans le silence de l’inceste : il peut très bien prendre la forme d’une parole émise mais non entendue, d’une rumeur qui enfle jusqu’à la rendre inaudible ; les liens sociaux générés par les victimes et les coupables emballent l’inceste dans un réseau de discours empêchés : ragot, dénonciation, calomnie, mensonge, cris. Dans toutes ces instances meurtries – tentatives désespérées de dire quand même – le silence ne s’oppose pas à la parole, il en est une propriété.

Les exposés et les discussions autour de ces deux dossiers nous engagent dans l’exploration du silence dans son dialogue avec la norme : ce que l’on dit, ce que l’on tait sous le contrôle de l’autre. Comme l’écrit Léonore Le Caisne, cette atteinte à l’expression du vécu et du à vivre bouleverse ontologiquement la notion de “savoir”, de “connaître”, et invite à pousser, avec Deborah Puccio-Den, l’enquête sur l’intention, l’intentionnalité des gestes et leurs traductions dans le langage. Du grain à moudre, sans aucun doute, pour les travaux de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence”.

La séance se tiendra le jeudi 11 février de 12h à 15h et est accessible en ligne (lien sur demande). Pour préparer la séance, de belles lectures :

– Léonore Le Caisne, “Les mots pour le taire. De l’impensé de l’inceste à sa révélation”, Terrain 48 (2007) 48, p.13-30 (en ligne)

– Léonore Le Caisne, “Savoir, dire et ne pas croire”, L’Homme 225 (2011), p. 73-100

– Deborah Puccio-Den, “L’intentionnalité dans le crime de mafia”, Cahiers d’anthropologie sociale 13 (2016), p. 21-39

Traduire l’absence de mots

Dans le cadre de son séminaire “Ethnographier le silence. Pratiques, méthodes, perspectives théoriques” à l’École des hautes études en sciences sociales, Deborah Puccio-Den accueille ce jeudi 14 janvier 2021 un autre membre de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence” en la personne d’Antonio Balsamo. On abordera la question du silence dans l’exercice de la justice, en particulier dans le cadre de la mafia: indicible du délit, silence du témoin, esclandre du jugement.

Pour la troisième session de son séminaire à l’EHESS, Deborah Puccio-Den propose une séance intitulée “Traduire l’absence de mots”. Anthropologue du silence, anthropologue de la mafia, elle invite ce jeudi 14 janvier deux chercheurs à présenter leurs travaux à la confluence de ces deux thématiques. Berengère Dénizeau (Université Paris Sorbonne Nouvelle-EHESS) présentera d’abord ses recherches de doctorat sur la traduction et l’intraduisibilité des lois antimafia, avant de céder la parole à Antonio Balsamo (ONU, Vienne) pour prolonger la discussion sur les enjeux de la traduction et de l’exportation des législations antimafia. Une après-midi consacrée aux silences du langage, au non-dit qui affleure dès lors que l’on fait dire aux mots ce qui leur échappe par nature.

Membre de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence”, Antonio Balsamo est magistrat et spécialiste des questions mafieuses. Juge à la cour de Palerme entre 1995 et 2007, il a pris part à des procès importants en Sicile avant de rejoindre la cour suprême italienne. Spécialiste de droit européen, des droits de l’homme et des relations entre institutions publiques et organisations criminelles, Antonio Balsamo est expert auprès des Nations-Unies pour les questions de droit international. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces questions et dirige la revue La Magistratura. Dans le cadre du séminaire de Deborah Puccio-Den, et plus généralement dans le cadre des activités de l’EIT, il s’agira, pour ce magistrat engagé dans la lutte antimafia depuis plusieurs dizaines d’années, de présenter un certain nombre de dispositifs internationaux visant à élargir la législation antimafia à 190 états membres de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée. Mais aussi de nous faire part d’un certain nombre d’initiatives visant à diffuser une « culture de la légalité » dans les populations concernées.

Séance en ligne sur zoom (lien sur demande auprès de Deborah Puccio-Den) le jeudi 14 janvier de 12h à 15h.