Archives par mot-clé : langage

Un geste nôtre – enquête, traduction, silence

Le nouveau livre de Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny (2021) contient du silence ; celui de l’enquête auprès d’enfants autistes qui, dans la mise en place de relations complexes de communication, produisent du langage au-delà des mots, et dans lesquelles le silence marque le lien, la confiance, la complicité, autant que la peur, le rejet, l’impossibilité du dire. Dans le cadre du séminaire “L’agir viscéral”, Catherine Perret présentera quelques-un de ces aspects, en préambule d’échanges à venir spécifiquement consacrés au silence.

Qu’est-ce l’anthropologie politique de Fernand Deligny ? Comment la démarche d’un pédagogue qui ne veut rien enseigner à l’autre devient un projet politique allant bien au-delà de la reconnaissance de l’autre dans sa spécificité, un projet qui conduit à un renversement du paradigme anthropologique fondé sur la traduction d’un langage à l’autre, alors que nous sommes « là », dans cette « tentative » de Fernand Deligny avec les enfants autistes, dans un espace de partage se situant hors langage, dans une forme de vie qui ne s’exprime pas par la parole dite.

Il faut alors que le pédagogue apprenne à vivre à proximité de ces autres absolus que sont ces enfants qui se sentent menacés par toute tentative de « les traduire » d’un monde à l’autre, mais qui, pourtant, « nous » cherchent, indéfiniment, dans leurs circonvolutions. Qui est-ce ce « nous » qu’ils cherchent, et comment Fernand Deligny essaie de le fonder ? Ce n’est pas en l’instaurant comme le référant d’un langage commun, mais en « bricolant », comme il dit, un « geste nôtre », un travail, une œuvre commune qui se nourrit de proximités, de partages intimes d’un espace naturel et archaïque, dans les Cévennes, en résonance avec l’archaïque qui est en soi, enfoui en chacun d’entre nous – « nous » et « eux » confondus cette fois – portant la trace fossile de la vie, la marque indélébile d’un vivant tenace.

Ce « geste » dont la portée révolutionnaire avait été parfaitement perçue par les contemporains de Fernand Deligny, radicalise le projet politique inhérent à l’anthropologie comme entreprise de « compréhension » ou de « traduction » de l’altérité, en laissant percevoir les dangers de ces opérations d’assimilation ou d’intégration qui peuvent se muer en aliénation, et finalement, en anéantissement de l’autre en ce qu’il est – ce que craignent peut-être les enfants autistes lorsque « nous » les approchons par le langage, en les terrorisant.

Il s’agit alors d’établir ou de rétablir, non pas une autre langue, mais un autre logos pour agencer d’autres formes de continuité et de discontinuité entre les humains et les autres vivants, qui, fondées non pas sur le langage mais sur le tacite, refondent l’humain.

Catherine Perret interviendra au séminaire de l’EHESS « L’agir viscéral. Anthropologie politique des sens et des corps », coordonné par Véronique Béneï, Birgit Müller et Deborah Puccio-Den, le 27 mai, de 15h à 17h. Son intervention est intitulée À propos d’« un geste nôtre » : pour introduire à la tentative de Fernand Deligny de travailler avec les autistes. Le lien de connexion zoom est disponible sur demande auprès de Deborah.Puccio-Den@ehess.fr

Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny, Paris, Éditions du Seuil, 2021.

Billet rédigé par Deborah Puccio-Den.

Ouverture de la chaine “Arts et Intelligences du silence”

Afin de diffuser les travaux de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence, l’École des hautes études en sciences sociales vient de créer un espace de dépôt pour les vidéos des conférences, séminaires et autres opérations de recherche des membres de l’équipe. Cette semaine, une nouvelle publication avec l’enregistrement de la séance du 11 février dernier du séminaire de Deborah Puccio-Den.

Dans le cadre de son séminaire « Ethnographier le silence », Deborah Puccio-Den, coordinatrice de l’EIT « Arts et Intelligences du Silence », a propose le 11 février dernier une réflexion sur « ces choses dont on ne parle pas » : le délit, l’entente criminelle, l’inceste. Dans ce cadre, elle recevait l’anthropologue Léonore Le Caisne pour son travail sur le silence autour de l’inceste , pour un échange sur les mots et leurs limites à dire la violence et la douleur. En raison de la situation sanitaire, la séance de séminaire était organisée à distance et a fait l’objet d’un enregistrement. Dans la vidéo ci-dessous, on retrouvera les exposés de Deborah Puccio-Den et d’Éléonore Le Caisne, ainsi que les discussions nombreuses qui ont fait suite aux deux présentations.

Traduire l’absence de mots

Dans le cadre de son séminaire “Ethnographier le silence. Pratiques, méthodes, perspectives théoriques” à l’École des hautes études en sciences sociales, Deborah Puccio-Den accueille ce jeudi 14 janvier 2021 un autre membre de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence” en la personne d’Antonio Balsamo. On abordera la question du silence dans l’exercice de la justice, en particulier dans le cadre de la mafia: indicible du délit, silence du témoin, esclandre du jugement.

Pour la troisième session de son séminaire à l’EHESS, Deborah Puccio-Den propose une séance intitulée “Traduire l’absence de mots”. Anthropologue du silence, anthropologue de la mafia, elle invite ce jeudi 14 janvier deux chercheurs à présenter leurs travaux à la confluence de ces deux thématiques. Berengère Dénizeau (Université Paris Sorbonne Nouvelle-EHESS) présentera d’abord ses recherches de doctorat sur la traduction et l’intraduisibilité des lois antimafia, avant de céder la parole à Antonio Balsamo (ONU, Vienne) pour prolonger la discussion sur les enjeux de la traduction et de l’exportation des législations antimafia. Une après-midi consacrée aux silences du langage, au non-dit qui affleure dès lors que l’on fait dire aux mots ce qui leur échappe par nature.

Membre de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence”, Antonio Balsamo est magistrat et spécialiste des questions mafieuses. Juge à la cour de Palerme entre 1995 et 2007, il a pris part à des procès importants en Sicile avant de rejoindre la cour suprême italienne. Spécialiste de droit européen, des droits de l’homme et des relations entre institutions publiques et organisations criminelles, Antonio Balsamo est expert auprès des Nations-Unies pour les questions de droit international. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces questions et dirige la revue La Magistratura. Dans le cadre du séminaire de Deborah Puccio-Den, et plus généralement dans le cadre des activités de l’EIT, il s’agira, pour ce magistrat engagé dans la lutte antimafia depuis plusieurs dizaines d’années, de présenter un certain nombre de dispositifs internationaux visant à élargir la législation antimafia à 190 états membres de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée. Mais aussi de nous faire part d’un certain nombre d’initiatives visant à diffuser une « culture de la légalité » dans les populations concernées.

Séance en ligne sur zoom (lien sur demande auprès de Deborah Puccio-Den) le jeudi 14 janvier de 12h à 15h.