Archives par mot-clé : langage

Lancement de Silence(s)

L’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence” à laquelle vous nous avez l’honneur de participer clôt en ce mois de juin 2024 ses activités à l’École et lance un nouveau projet éditorial au sein de PépiNord, la pépinière de revues en libre accès de la MSH Paris Nord. Le lancement de la revue aura lieu le mardi 4 juin prochain dans les locaux de la MSH Paris Nord et l’équipe de la rédaction et celle de PépiNord vous recevront pour une présentation de la revue et de son projet, suivie d’échanges et accompagnée de performances artistiques. 

Le projet de création de la revue Silence(s) : revue interdisciplinaire prend naissance dans les travaux de recherche et les activités de l’équipe internationale « Arts et Intelligences du Silence », créée et animée au sein de l’École des hautes études en sciences sociales sur ses différents sites (Paris, Aubervilliers, Marseille) ; elle en est le prolongement naturel et nécessaire. Cette équipe réunit depuis 2020 un groupe d’une vingtaine de chercheurs venus de France et de l’étranger formant une communauté de réflexion inédite autour de la notion de « silence », sujet encore à défricher dans le domaine des sciences humaines et sociales, mais aussi de la biologie, des neurosciences et des sciences cognitives. Avec cette initiative, l’historien Vincent Debiais et l’anthropologue Deborah Puccio-Den, coordinateurs de l’équipe, se sont proposé d’instaurer les conditions d’un dialogue entre anthropologie et histoire, en particulier pour le Moyen Âge, inscrivant ainsi la recherche sur le silence dans une tradition de l’EHESS qui a vu la collaboration étroite entre ces deux disciplines sur des objets d’études comme l’espace, l’image religieuse, les pratiques d’écriture, le corps, le geste, les transactions monétaires. Par ailleurs, l’exploration d’une notion comme le silence qui embrasse l’ensemble des manifestations sociales, reposait non seulement sur les disciplines enseignées à  l’EHESS, mais aussi sur les traditions d’autres universités de France (Université de Poitiers) et du monde (Espagne, Italie, États-Unis) qui prônent, en même temps que les échanges interdisciplinaires, une ouverture à l’univers de la création artistique dans toutes ses manifestations (peinture, théâtre, danse, musique), ainsi qu’à la société et à ses besoins (justice, lutte à la criminalité, à l’insécurité et à la précarité, aux formes de violence générées par la silenciation). Dans cette volonté intellectuelle de dialogue et d’expérimentation et à l’occasion des périodes de confinement liées à la pandémie de COVID 19, des chercheurs (sociologues, anthropologues, juristes…), des artistes et des magistrats ont rejoint la nécessité de créer l’espace académique pour confronter leur besoin commun de rendre intelligible leur objet d’étude partagé, le silence, et d’en redéployer les modalités de description selon des formats nouveaux.

Le projet éditorial Silence(s) : revue interdisciplinaire entend s’inscrire dans ce sillage intellectuel, et rendre compte de travaux de recherche sur le silence bien sûr, mais aussi sur l’ensemble des faits et notions « de creux » dans les sciences humaines et sociales ; ces sujets, parce que posés traditionnellement comme l’opposé, l’inverse ou le « rien » du matériau d’enquête, disparaissent des recherches alors qu’ils documentent dans leur existence même des relations cruciales au réel. La revue proposerait alors des numéros thématiques sur le silence, l’absence, le vide, l’intraduisible, les études sourdes ou celles se rattachant à la Muted Group Theory, le blanc, l’attente, l’intervalle, le rien, la négation, etc. Aux billets d’opinion, réflexions libres, journaux de terrain, portraits de chercheurs déjà proposés dans le carnet de recherche s’ajouterait ainsi la dimension éditoriale d’articles scientifiques de fond, l’ensemble permettant de diffuser les acquis théoriques et méthodologiques des échanges initiés dans le cadre des travaux sur le silence, tout en ouvrant de nouvelles perspectives de recherche en sciences humaines et sociales. L’équipe à l’origine de cette initiative promeut très largement l’échange et la discussion dans l’exploration des questions historiques, philosophiques, anthropologiques et artistiques liées au silence ; elle est comme il se doit particulièrement attentive à l’évaluation rigoureuse des travaux et à leur inscription dans un cadre de recherche partagé par la communauté des sciences humaines et sociales. Cette revue interdisciplinaire, ouverte également aux sciences dites « dures », entend devenir un moyen de diffuser des résultats originaux dans l’exploration de ces sujets laissés dans l’angle mort de la recherche, et un outil permettant de favoriser le travail collaboratif à l’interface de nos sociétés (européennes, internationales, globales).

L’originalité de la revue Silence(s) est triple. Elle tient d’abord dans son interdisciplinarité réelle et nécessaire. Si les sciences humaines et sociales prônent souvent un croisement des disciplines, à la faveur d’un contexte intellectuel qui fait de ce croisement une valeur ajoutée plutôt que pour atteindre des résultats plus pointus ou pertinents, les conditions d’une telle rencontre sont rarement réunies, non pas en raison d’un défaut dans la qualité des recherches produites, mais parce que l’exploration de la plupart des sujets demande en réalité et a contrario une expertise clairement définie et un cadre méthodologique fermé. On assiste ainsi souvent à une juxtaposition des savoir-faire plutôt qu’à leur mise en commun. Avec l’analyse de ces phénomènes de « creux » en revanche, cette interdisciplinarité se doit d’être mise en œuvre pratiquement et au-delà de tout présupposé de recherche : elle est imposée par les sujets traités. Les disciplines doivent répondre aux défis heuristiques lancés par des sujets qu’une expertise unique ne permet pas de traiter. C’est l’enseignement tirés de ces deux dernières années de travail consacré à l’étude du silence au cours desquelles on a constaté que les limites imposées à l’enquête ethnographique sur cette question, par exemple, pouvaient être résolues par les apports de la philosophie et de la psychanalyse ; les questions laissées en suspens par l’analyse historique étaient, elles, éclairées par les approches en histoire de l’art, en anthropologie et en histoire des sciences…. La publication de la revue Silence(s) permet de créer un laboratoire pour pratiquer durablement et rendre compte des résultats de cette interdisciplinarité réelle et efficace ; de fournir des exemples de bonnes pratiques et de plaider par l’exemple pour une solidarité des sciences humaines et sociales.

La seconde originalité vient du fait que, contrairement à un grand nombre de publications de sciences humaines et sociales qui font leur apparition actuellement et qui convoquent à d’autres fins le mot « silence » dans leur titre, la revue Silence(s) n’entend pas répondre à un quelconque agenda politique ou idéologique en prônant des actions à rebours, pour ou contre les tendances sociales contemporaines. Elle veut au contraire prendre le temps de la description et restituer avec rigueur et profondeur des phénomènes sociaux indépendamment de leur emprise sur l’actualité. Elle prétend ainsi se garder de tout activisme, non pas pour contester l’apport essentiel des sciences humaines et sociales dans le domaine de la défense des libertés académiques et dans la prescription de pratiques vertueuses pour le vivre ensemble, mais pour garantir aux publications un espace de discussion sans urgence. Cette volonté d’échapper à l’empressement d’une posture politique ou de l’action est devenue rare dans le domaine éditorial en SHS. En préparant des dossiers thématiques consacrées à des notions en apparence à contre-courant des tendances actuelles de la recherche (l’absence, la négation, la discrétion, le vide…), la revue Silence(s) entend freiner le travail et l’analyse et contribuer ainsi au mouvement de la slow science.

La troisième originalité de la revue Silence(s) tient à son orientation méthodologique. Elle intègre en effet une dimension profondément réflexive en interrogeant, au sein des dossiers thématiques, les moyens des sciences humaines et sociales à décrire, analyser, restituer et comprendre des phénomènes sociaux qui échappent au langage, qui relèvent de l’intuition et de la sensation, qui appartiennent au domaine du non-dit, du secret, de l’interdit, du tabou. Une place importante est ainsi réservée à l’exploration de nouvelles modalités d’écrire les sciences sociales en mêlant le texte et l’image, en convoquant les pratiques artistiques. La forme numérique de la revue permet cette diversité des supports qui devient le lieu d’une véritable recherche sur les moyens de la recherche. Il s’agit ainsi de tester, au cœur de la publication, la robustesse heuristique de différents formats d’enquête et de restitution des connaissances. Si ces interrogations appartiennent à la tradition épistémologique des sciences sociales depuis leur développement, la revue Silence(s) entend les intégrer pleinement à la publication en invitant les auteurs à porter un regard critique sur leurs propres méthodes dès lors qu’elles s’appliquent aux notions du creux telles que le silence ou l’absence.

Le lancement de la revue aura lieu le mardi 4 juin prochain dans les locaux de la MSH Paris Nord et l’équipe de la rédaction et celle de PépiNord vous recevront pour une présentation de la revue et de son projet, suivie d’échanges et accompagnée de performances artistiques. Le silence, envisagé dans la multitude de ses dimensions et des sensibilités, y sera notamment mis à l’honneur par :
– la présentation du premier numéro “Faire silence”.
– une conférence-projection du photographe Philippe Dollo qui, à travers son travail sur les mémoires tues des victimes de la guerre civile espagnole, dresse le portrait d’un pays muré dans le Silencio. Il présentera son dernier ouvrage, No Pasa Nada
– le concert-speech Sirènes, ou la voix du silence. Éloge de la condition hybride donné par Emanuele Coco, musicien et historien de la philosophie et Francesco Bearzatti, saxophoniste de renommée internationale. Créatures du mythe, de l’entre-deux, les sirènes sont un miroir tendu à notre humanité, à une distance que la musique nous permettra d’éprouver.

Retrouvez le programme complet de cet après-midi ainsi le formulaire d’inscription sur le site de la MSH Paris Nord.

L’affiche de la manifestation et l’en-tête de ce billet ont été créés à partir de clichés publiés dans No pasa nada (c) Ph. Dollo.

2024 : de l’équipe à la revue

Pour la troisième année, l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence” se réunit à Paris du 21 mai au 11 juin 2024 pour une dernière série de séminaires. Des formats multiples et des thématiques variées pour aborder les notions satellites autour du silence: l’absence, la mort, le non-dit, le mensonge… Ces activités sont l’occasion d’accueillir un certain nombre de collègues français et étrangers travaillant, dans la diversité de leurs disciplines, sur ces notions, et de créer des espaces de discussion autour de la présentation de dossiers, de terrains, d’études de cas ou de concepts.

L’édition 2024 qui clôt cette belle aventure au sein de l’École des hautes études en sciences sociales permet d’accueillir quatre enseignants-chercheurs dans le cadre du programme “professeur·e invité·e” de l’EHESS pour une série d’interventions dans le domaine de l’anthropologie politique, de la philosophie du droit, de l’histoire médiévale et de la culture littéraire de la première modernité : Clara Bonet Ponce (Université catholique de Valence, Espagne) ; Alberto Andronico (Université de Catane, Italie) ; Anat Rosenberg (Reichman University, Israël) ; Scott G. Bruce (Fordham University, USA). La conférence de clôture sera prononcée le 11 juin en format hybride par Emily Thompson, professeur d’histoire à l’Université de Princeton (USA).

Les séances du 4 et du 11 juin sont consacrées en partie au travail de définition et de conceptualisation de termes récurrents, véritables jalons dans les activités de l’EIT : silence religieux, silenciation, silence de mort, absence, musique, etc. Elles fournissent donc l’occasion de revenir sur les principaux apports de la recherche collective menée au cours des trois dernières années et de poser les bases notionnelles pour les prolongations à donner à ces travaux. Pour ce faire, l’équipe crée une revue en ligne consacrée à cette thématique, Silences : revue interdisciplinaire, en cours de production sur la pépinière de la MSH Paris Nord. Elle sera officiellement lancée au cours d’une après-midi de présentation (conférence-projection, concert) le 4 juin et le contenu de son premier numéro sera détaillé le 21 mai lors de la première séance de séminaire.

PROGRAMME DES ACTIVTITES 2024

Silence(s) : du projet collectif à la revue. Autour du numéro “Faire Silence” – mardi 21 mai 2024 – 10h-16h30 – Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.02

10h Vincent Debiais (CRH-EHESS) & Deborah Puccio-Den (LAP-EHESS) – Introduction
10h30 Catherine Perret (Université Paris 8) – Tissée de silences. La clinique de Fernand Deligny
10h50 Sarah Privat Lozé (CESPRA-EHESS) – Fabrique et pratique du silence dans le Cambodge khmer rouge. 1975-1979
11h10 Elisabeth Anstett (ADES, Aix-Marseille Université) – Vers une anthropologie de la destruction. Dissimulation, effacement et silence dans les contextes marqués par les violences de masse
11h30 Véronique Bénéï (LAP-EHESS) – Silences du déplacement et technologies de la terreur
11h50 Discussion

14h Jean-Luc Bonniol (Aix-Marseille Université, Centre Norbert Elias) – Le silence de la race
14h20 Deborah Puccio-Den (LAP-EHESS) – “50 nuances de Kiz”. Danse, couleur et silences à Paris et en banlieue parisienne
14h40 Lola Mégean (LAP-EHESS) – La cliente de services sexuels : oubliée de la recherche en sciences sociales ?
15h20 Vincent Debiais (CRH-EHESS) – Du silence au silence
15h40 Discussion

“Dans le silence de la loi”. Antigone, Rome, Cosa Nostra – mardi 28 mai 2024 – 10h-13h00 – Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.02

10h Accueil
10h15 Alberto Andronico (Université de Catane) – Ceci n’est pas un dialogue : une lecture du conflit entre Antigone et Créon
11h Soazick Kerneis (Université de Paris Nanterre) – Dans le silence de la loi : l’usage des mores dans la République romaine
11h45 Pause
12h Deborah Puccio-Den (LAP-EHESS) – De l’omerta de la mafia à la “folie” du repentir : des silences “incommensurables”
12h45 Discussion

Silence(s). Des mots pour le dire, I – mardi 4 juin 2024 – 10h-12h30 – Campus Condorcet, MSH Paris Nord, salle panoramique

10h Accueil
10h15 Vincent Debiais (CRH-EHESS/CNRS) & Deborah Puccio-Den (CESPRA-EHESS/CNRS) – Introduction – de la nécessité d’un lexique du silence
10h30 Clara Bonet (Université catholique de Valence) – “Con una voz del alma”. Sons et silence de l’accouchement
11h Alberto Andronico (Université de Catane) – Protect Me From What I Want. Une lecture de la correspondance entre Einstein et Freud
11h30 Ida Susser (CUNY, New York) – The Politics of Silence
12h Anat Rosenberg (Reichman University) – When is Silence a Normative Phenomenon ? Lessons from the History of Advertising

Mafiacraft, Silence, and the Law – jeudi 6 juin 2024 – 9h-12h – EHESS – Raspail, salle AS1_23

9h Accueil
9h15 Anat Rosenberg (Reichman University) – Mafiacraft and the Material Turn in Law
9h45 Alberto Andronico (Université de Catane) – Parler de ce dont on ne peut pas parler : l’importance des noms
10h15 Deborah Puccio-Den (CESPRA-EHESS) – Mafiacraft : de la “loi du silence” aux silences du droit
10h45 Discussion
11h Table ronde – avec la participation de Gianvito Brindisi (Université de Naples) ; Margherita Geniale (Université de Messine) ; Vincenzo Militello (Université de Palerme) ; Daniela Piana (Université de Bologne) ; Fabrizio Sciacca (Université de Catane).

Mafiacraft II, Ateliers d’anthropologie politique du silence – jeudi 6 juin 2024 – 14h-17h – EHESS-Raspeil, salle A07_51

14h Caterina Fratesi (EHESS-Université de Bologne) – Objects of Affection, Sacred Objects: Silence and Material Culture in an Italian Psychiatric Residence
14h40 Raphaëlle Cologon (EHESS) – Silence et non-dit dans l’en(tre)prise : le cas Deliveroo
15h20 Livia Trentini (EHESS) – Thémis porte-t-elle un bandeau ou un bâillon ? Une justice sans mots pour les femmes autochtones
16h Anne Kawala (EHESS) – Silences, souffrances, suicide. Ethnographie des « actes de silences » dans le métier d’éleveur de bovins allaitant dans le Massif-Central

Silence(s). Des mots pour le dire, II – mardi 11 juin 2024 – 9h30h-17h30 – Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.09

9h15 Accueil
9h30 David García-Ramos (Université catholique de Valence) – Le théâtre comme carte du silence
9h50 Ingrid Falque (Université catholique de Louvain) – Le silence des images cartusiennes (anciens Pays-Bas-Bas, 14e-16e siècle)
10h30 Scott Bruce (Fordham University, New York) – Silence as a Moral Imperative in Religious Traditions
10h50 Clara Bonet (Université catholique de Valence) – Un silence de mort
11h30 Emanuele Coco (Université de Catane) – Le dévoilement. Le silence et “l’essence des choses”
11h50 Discussion

14h Francesca Sbardella (Université de Bologne) – Non-dit et construction de la personne chrétienne
14h30 Ida Susser (CUNY, New York) – Silencing 
15h Alberto Andronico (Université de Catane) – Garder le vide: Quelques remarques sur les fondements de l’ordre juridique
15h30 Anat Rosenberg (Reichman University) – Disavowal as an absence of conceptual language to address enchantment
16h Emily Thompson (Princeton University) – Conférence de clôture : The Silence of Sound Movies, 1927-1931
17h10 Rémi Labrusse (CRAL-EHESS) – Présentation de l’album Silence

Toutes les activités de l’équipe internationale triennale sont ouvertes au public après inscription préalable sur la plateforme “participation” de l’EHESS. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais ou Deborah Puccio-Den.

Silence(s), acte II (juin 2023)

Pour la deuxième année consécutive, l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence” se réunit à Paris pour y tenir ses activités collectives, entre séminaire, journées d’études et présentations d’ouvrages. Comme l’an passé, cette “résidence” parisienne est l’occasion de partager les recherches sur le silence des membres de l’équipe, en présence des professeurs et des chercheurs invités. Toutes ces activités, ouvertes au public, abordent des sujets variés dans l’interdisciplinarité et entendent réserver une grande place à la discussion et au partage des expériences de recherche. Le programme et la présentation des différentes activités sont disponibles ci-dessous.

Vendredi 2 juin 2023 – Silences meurtriers: une anthropologie politique de l’absence (EHESS-Raspail)

Dans ce séminaire, nous interrogerons le lien social, politique, humain, tel qu’il peut s’établir dans et par l’absence, dans plusieurs contextes ethnographiques. Nous proposons d’explorer l’hypothèse théorique selon laquelle l’absence est une « signature du politique » au sens large, là où elle se substitue à l’exercice du pouvoir. Nous nous écarterons ainsi des formes dominantes d’enquête ethnographique sur le politique qui se concentrent, pour la plupart d’entre elles, sur la subjectivité (la citoyenneté, les migrants, etc.), sur les collectifs politiques (État-nation, partis politiques), sur les modes de domination et sur les formes de présence (façons d’être au monde, ontologies). Nous ouvrirons notre questionnement par ce que Yael Navaro (2020) a appelé « une méthodologie négative », creusant les modes relationnels engendrés par l’absence quand « elle émerge comme une réalité politique ». Nos objets ethnographiques seront tour à tour présentés comme une série de figurations ou présentifications de l’absence. Dans ce sens, Kriti Kapila sondera l’excès généré par la disparition et la dépossession en tant que pratiques de souveraineté de l’État numérique en Inde. Cette ontologie négative, centrée sur ce qui n’existe pas et sur les modalités sociales de non-existence, peut s’articuler avec le silence comme « régime de langage et d’action ». Deborah Puccio-Den examinera le silence engagé pour que l’absence devienne une réalité tangible et effrayante dans les pratiques meurtrières des mafieux siciliens. Silence et absence seront donc à la fois l’objet de notre analyse, et de notre inquiétude, sur les conditions de notre pratique ethnographique et de nos méthodes de recherche lorsqu’elles se confrontent à la disparition de la preuve et des corps. Nous tenterons in fine de faire émerger la trame conceptuelle au sein de laquelle la nature relationnelle de l’absence peut être étudiée, ainsi que son potentiel pour une nouvelle anthropologie politique.

Mardi 6 juin – Silence(s): approches interdisciplinaires (EHESS-Condorcet)

Première séance du séminaire de l’équipe internationale triennale « Arts et Intelligences du silence » qui réunit au sein de l’École des hautes études en sciences sociales un groupe de chercheurs (anthropologues, historiens, historiens de l’art, sociologues, psychiatres) autour de la notion polymorphe de « silence ». Son appréhension par les sciences humaines et sociales constitue toujours un défi dans l’analyse de ses manifestations comme dans l’établissement de définitions robustes permettant de savoir ce que l’on désigne sous le nom générique de « silence ». Le choix des chercheurs de cette équipe a été de l’étudier par le biais de ses « arts » – à savoir des multiples manières de le faire exister dans des espaces réels et fictionnels à la fois – et de ses « intelligences » – à savoir des modalités de le rendre intelligible au moyen de différentes opérations herméneutiques qu’il s’agira de décrire. Le programme « Arts et intelligences du silence » se propose de mener une recherche collective sur ces problématiques et de faire émerger, par le dialogue et l’interdisciplinarité, les contours d’un objet d’étude commun pour l’analyse de cette modalité particulière du langage et de ce régime d’action qu’est le silence.

Mardi 13 juin – Son et silence au Moyen Âge (EHESS-Condorcet)

Parmi les activités de l’équipe internationale triennale « Arts et Intelligences du Silence », la séance du séminaire qui se déroulera le mardi 13 juin est consacré au Moyen Âge occidental, et aux relations entre la voix, et plus généralement les sons, et le silence. Rompant en apparence l’approche pluridisciplinaire et trans-périodes chère à l’EIT, cette journée est toutefois conçue comme un temps d’échange autour de recherches récentes qui démontrent combien les activités humaines dans leur ensemble produisent et reflètent au Moyen Âge les phénomènes sonores. Là, le silence est au cœur de pratiques sociales d’ordre, de régulation et de contrôle, et il se superpose plus qu’il ne s’oppose à la parole, à la musique, au bruit. À travers des présentations abordant des sujets et des contextes variés, il s’agira de définir cet entremêlement médiéval du son et du silence, et d’inscrire ces réflexions dans les problématiques plus larges soulevées par les travaux de l’EIT.

Vendredi 16 juin – Droit & Silence(s) (EHESS-Raspail)

Le droit remplit les interstices du réel mettant des mots, performatifs, là où parfois il y a des absences, des trous, des vides – lorsqu’il qualifie des faits incertains en leur donnant la stabilité des faits de droit. Les anthropologues, juristes, psychanalystes et philosophes engagés dans cette journée d’étude iront en amont de ces opérations de qualification juridique, de ces processus de responsabilisation et de ces transformations ontologiques afin de voir comment le droit opère face à l’invisible pour personnifier des entités naturelles comme les fleuves, attribuer une forme juridique à des menaces collectives comme la mafia, établir le fondement réel du fantasme ou la réalité du sorcier (the witch), ou encore pour interpréter tout ce qui dans le consentement relève du tacite. Ces échanges interdisciplinaires essayeront de préciser le rapport que le droit entretient avec le(s) silence(s) dans plusieurs contextes socio-politiques et aires géographiques (Inde, Amérique Latine, Afrique, Europe) pour une meilleure compréhension des pouvoirs respectifs du droit et du silence.

1, 8, 15 et 22 juin – Séminaires Mondes du crime, mondes du silence : y pénétrer, les comprendre, les décrire (EHESS-Raspail)

Un criminologue, un sociologue et une ethnologue confronteront les techniques et méthodes, qualitatives et quantitatives, utilisées pour pénétrer les mondes du crime (enquêtes ethnographiques dans les favelas brésiliennes ou auprès de la mafia sicilienne, modélisation mathématique des réseaux transnationaux s’adonnant au trafic de drogue, de migrants, d’enfants…) : comment pénétrer, comprendre et décrire des groupes qui échappent à la vue, mais dont on ne fait que parler ou qui font beaucoup parler d’eux ? Quel sens donner à des pratiques criminelles qui, tout en étant « illicites », investissent plusieurs sociétés et espaces, combinant spécificités locales et enjeux globaux ? Quelles approches théoriques, quelles sources et quelles preuves pouvons-nous mobiliser pour décrire ces groupes invisibles ? La première étape de ce séminaire sera donc de déployer le volet « intelligences du silence » par le partage d’une interrogation, et d’une inquiétude, sur nos pratiques d’enquête, et sur les formes d’écriture adoptées et possibles lorsqu’il s’agit de décrire des univers voués au silence. Une attention particulière sera donc portée aux défis éthiques et déontologiques soulevés par le choix d’observer et de restituer l’action de groupes et individus qui, eux, ont fait le choix de dissimuler leur action. Ces mondes que l’on dit silencieux produisent aussi des formes d’autoreprésentation – lors de performances dansées, chantées, musicales, via de multiples supports (murs, photos, vidéos, plateformes numériques) – permettant de les aborder autrement que comme des univers mus uniquement par des logiques de violence, de déprédation, d’enrichissement et de profit : quels modes de gouvernance, quelles normes sociales, quelles modalités relationnelles sont données à voir dans et par ces expressions artistiques ? Comment les acteurs perçoivent-ils leurs activités et leur rôle au sein de leurs communautés ? Et comment, pour finir, ces langages artistiques s’articulent-ils avec le silence, prétendu et réel, de ces mondes criminels ? Ce sera la deuxième étape de notre réflexion conjointe, déployant le volet « arts du silence ».

Vendredi 23 juin – Les sens du politique (EHESS-Raspail)

Lorsqu’on mène une anthropologie politique du silence, de l’absence, de l’invisible, on doit procéder à une réorientation sensorielle : sens du chercheur tout d’abord qui ne pouvant pas forcement poser des questions explicites sur le terrain doit aiguiser sa perception sensible du monde politique social pour se mettre à l’écoute de son silence. Cette nouvelle posture a comme effet la production d’autres formes de description du lien social et politique – lorsque ce dernier est établi par le toucher, structuré par des goûts ou des dégoûts, façonné par l’odorat… – et du pouvoir – lorsque ce dernier se donne à voir comme tel parce qu’il est intouchable, intangible, inaudible et sourd, hors portée sensorielle… A partir de ces appréhensions sensibles du politique, nous essaierons de dégager dans ce dernier séminaire une réflexion sur la possibilité de repenser les « ontologies » en fondant leur description sur des manières de disparaître du monde ou de l’habiter par son absence. Ces descriptions sont-elles susceptibles de conduire à une redéfinition du politique, fondé sur des formes invisibles de domination plutôt que sur des processus de subjectivation ? Des terrains menés en Afrique, en Europe, en Inde et dans l’espace post-soviétique donneront corps et matière à ces discussions.

Mardi 27 juin – Faire silence (EHESS-Condorcet)

Le silence a souvent était décrit comme quelque chose qui n’est pas là, une parole qui s’absente, un bruit qui s’évapore, un vide, un « trou » ou un « blanc » dans la communication ; il a aussi été décrit comme quelque chose qui est déjà là, soubassement de tout acte de langage qui vient s’y poser. Cette séance se propose d’interroger le silence en train de se faire, en explorant sa dimension pragmatique et les problèmes pratiques que cette exploration implique sur le plan de la méthodologie, voire de la déontologie de la recherche. Etudier les multiples façons de faire silence induit à s’interroger sur ce qu’il fait à son tour à la vie sociale. C’est pourquoi nous nous intéresserons aussi aux liens créés par le (ou en) silence, prenant à contrepied l’image courante qui le représente comme un « mur ». Au contraire, nous faisons ici l’hypothèse qu’il s’agit bien d’un régime de langage et d’action particulier, dont ce séminaire souhaite questionner l’ontologie. Comment le silence existe-t-il socialement ?

Séminaires du 14 et 21 juin 2022

Dans le cadre des activités de l’équipe “Arts et Intelligences du Silence” et grâce à la présence continue des membres de l’équipe et de ses invités à Paris, deux séminaires se sont tenus à l’EHESS au milieu du mois de juin 2022. Ils portaient respectivement sur les “silences numériques et la disparition des corps” et sur “le silence dans l’art et les arts du silence”.

Silences numériques et disparition des corps

Véronique BÉNEÏ, Silences du corps dans les industries numériques
Jean LASSÈGUE, Le numérique contre le politique
Kriti KAPILA, Absence, effacement and disappearance in the digital state
Daniela PIANA, La justice numérique est-elle “juste”? Le non-dit du rituel judiciaire.

Silence dans l’art, art du silence

Vincent DEBIAIS et Victoire Desprez, Silence & Minimalisme
Anna PIAZZA, Le silence dans l’art moderne
Scott BRUCE, Verbarisum mouentia: Laughter and Comportment in Early Medieval Monasticism
Deborah PUCCIO-DEN, En noir et blanc : danse, couleur et silences en banlieue parisienne

Photographier, filmer le silence

Pour la dernière séance du séminaire “Arts et Intelligences du Silence” de juin 2022, il s’agissait de s’interroger sur ce qu’il reste du silence dès lors qu’il devient photographie ou film. À travers différentes exemples, les participants ont analysé la place du silence à l’origine ou à l’aboutissement de la mise en images du silence.

Le photographe Philippe Dollo a présenté son projet No Pasa Nada consacré au silence qui enveloppe le souvenir de la guerre civile espagnole et qui, encore aujourd’hui, marque la société contemporaine en Espagne. Des photographies, des textes, des montages, des interviews, des poèmes pour dire le silence que tout le monde sait, que tout le monde remplit de mots et de mises en scène sociales.

L’anthropologue et cinéaste Stéphane Breton a quant à lui analysé les conditions de l’entretien ethnographique et la place qu’il accorde au silence dans son déroulement et dans son enregistrement sous forme d’archives audio ou de films. Sofia Babluani, doctorante à l’EHESS, a quant à elle présenté les premiers développements de ses recherches sur l’iconographie de l’absence dans le cinéma contemporain en s’interrogeant sur les notions de résidu, de trace, de perte.

Tous les clichés de ce billet (c) Philippe Dollo.

Silences mortels – AAA Seattle 2022

Du 9 au 13 novembre 2022 s’est tenu à Seattle (USA) le congrès annuel de l’American Anthropological Association sur une thématique aussi intrigante dans son titre – Unsettling Landscapes – que riche dans ses implications intellectuelles. Dans ce cadre, Deborah Puccio-Den et Kriti Kapila, membres de l’ EIT “Arts et Intelligences du Silence” ont organisé une table ronde sur les “silences mortels” reprenant pour cette rencontre le sujet du séminaire que les deux chercheuses animeront à l’EHESS en juin 2023. Présentation de la table ronde, en attendant ce rendez-vous auquel participeront également les membres de l’EIT présents à Paris à la fin de l’année universitaire.

This panel explores the relationality summoned in and through absence in a variety of ethnographic settings. This absence is a signature of the political broadly understood, where it stands in for an exercise of power. The presentations make a departure from dominant forms of ethnographic inquiry of the political, most of which focus on subjectivity (eg. citizenship, migrants, etc), political wholes (nation-state, political parties) and forms of presence (modes of being in the world, ontologies). This panel throws open the inquiry via what Navaro (2020) has called “negative methodology” and excavates not subjectivity but modes of relationality engendered by the absence when “it emerges as a political reality”. Our ethnographic objects are a series of figurations of absence. Puccio-Den examines the silence required for making tangible the absence in the Sicilian mafiosi’s deadly practices. Susser focuses on the silence allowing the shaping of political links among the gilets-jaunes in France. White discusses the reconfigurations of reciprocity when ancestral silence in the face of Zulu sacrificial speech is read as refusal of pragmatic reciprocities. Perret goes into the refusal of the reciprocity of communication in autism exploring the possibility to structure a milieu in the absence of words. Kapila probes the excess generated by disappearance and dispossession as sovereignty-making practices of the digital state in India. Absence is both the object of our analysis and of our unsettling questioning on the conditions of our research practice and methods beyond evidence. We thus attempt to make visible the conceptual terrain in which the relationality of absence can be studied and explore the potential for a new political anthropology.

En route pour juin

Après bien des modifications et grâce au soutien du Centre de recherches historiques et du Laboratoire d’anthropologie politique à l’École des hautes études en sciences sociales, le programme des sessions de travail de l’équipe “Arts et Intelligences du Silence” est disponible ci-dessous ! Hâte d’accueillir toutes ces activités et de réfléchir en collectif aux questions du silence dans les dynamiques des sciences sociales.

L’équipe internationale triennale « Arts et Intelligences du Silence », formée à l’École des hautes études en sciences sociales à la rentrée 2021, se réunit à Paris tout au long du mois de juin. Conformément au dispositif de l’EIT, ce mois de présence sur les différents sites de l’École est destiné à accueillir les discussions et promouvoir l’échange entre les membres de l’équipe, et à diffuser les premiers résultats des travaux effectués à distance au cours de ces derniers mois. L’objectif de l’équipe « Arts et Intelligences du Silence » est de mener une réflexion interdisciplinaire sur le silence comme objet théorique, comme pratique de relations sociales, comme expérience de vie politique, comme sujet de la création artistique. Elle entend interroger d’abord la capacité des sciences sociales à identifier, qualifier et interpréter ce phénomène par essence insaisissable, et mettre en œuvre ensuite des moyens originaux pour décrire et transmettre ce qu’est le silence au-delà des limites du langage scientifique à rendre compte de certains phénomènes intangibles.

Au cours du mois de juin, l’équipe accueillera trois professeurs invités – un médiéviste, une historienne de l’art et une anthropologue – ainsi que d’autres membres de l’équipe exerçant en France et à l’étranger. Ce mois de résidence fera alterner les conférences, les séminaires et les séances de lecture pour fabriquer de longs moments d’échanges, informels et libres, et mener à la construction collective de méthodes et de pratiques de la recherche en sciences sociales. Les activités de l’EIT « Arts et Intelligences du Silence » s’ouvriront le 2 juin par la conférence inaugurale d’Antonio Balsamo, juge anti-mafia et expert auprès de l’ONU pour les questions juridiques ; les mardis 7, 14, 21 et 28 juin, quatre séances de séminaire accueilleront les exposés des membres de l’équipe autour de questions aussi variées que celles de la justice numérique, de l’intelligence artificielle, de la danse, de la peinture contemporaine, de l’histoire des crimes. Le jeudi 23 juin, les débats prendront la forme de lectures croisées autour de quatre ouvrages traitant directement ou indirectement du silence comme objet et comme pratique.

Les travaux de l’EIT « Arts et Intelligences du Silence » sont ouverts à toute l’École et ont été pensés comme un véritable laboratoire de recherche en sciences sociales pour discuter du sujet « silence », mais aussi pour inventer collectivement les moyens d’en parler. Toutes les informations au sujet de ces rencontres seront publiées au fur et à mesure des travaux sur Silence(s), le carnet de recherche de l’équipe.

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Deborah Puccio-Den et Vincent Debiais ; crédit photographique de l’image d’en-tête : licence CC

Emotion de silence

Au seuil d’une recherche sur le silence, c’est l’inquiétude quant aux moyens de produire la connaissance qui s’impose. Comment identifier, relever, caractériser, analyser, interpréter les faits de silence que l’on découvre au fur et à mesure des enquêtes historiques, anthropologiques, sociologiques ou littéraires ? La question est nécessaire en préambule de toute recherche, mais elle reste souvent là, au seuil, insoluble. Ce n’est qu’une fois confronté aux particules de silence rencontrées dans les textes, les images, les lieux et les entretiens qu’on mesure combien il sera difficile d’y répondre sans tâtonner, échouer, puis ajuster et reprendre. Le silence comme objet d’étude remet en permanence cette question des moyens sur la table de travail et pour peu qu’on en fasse l’expérience, malgré soi ou en la recherchant, on mesure la distance qui sépare le silence comme ressenti et le fait que l’on établit a priori comme objet. Cette expérience fissure les fondations de la méthode mais elle invite aussi à opérer des écarts qui pourront être productifs.

Elle s’appelle Irene ; avec ses trois masques respiratoires et son calot chirurgical, dans la pénombre, elle n’est pas grand chose d’autre qu’un nom. Elle entre dans la chambre 401 en cette nuit de Noël sans faire de bruit, discrète, légère. En commençant sa garde de 24 heures, elle prend le temps de venir se présenter, pleine d’attention et de sollicitude. Les couloirs sont calmes ; trop éclairés sans doute, mais silencieux ou presque ; quelques charnières se manifestent comme pour signaler la vie et l’attente des occupants de l’aile de chirurgie cardiaque, mais rien d’agressif. Pourtant, les services sont pleins au cœur de la cinquième ou sixième vague de la pandémie, on perd le compte. Quoi qu’il en soit, quand on s’intéresse un tant soit peu à la question du silence, on prête à l’oreille à l’ambiance sonore de l’hôpital, on cherche à identifier les sons qui viennent briser la quiétude que l’on attend d’une institution qui soigne, on s’accroche au fantasme du pouvoir curatif de la parole retenue. De fait, tout le monde parle bas à l’hôpital, les patients, les visiteurs, comme si l’interdiction de klaxonner près des hôpitaux que l’on retient du Code de la route pénétrait l’intérieur du bâtiment et imposait à tous de se taire ; une discrétion au service du repos et de la convalescence, comme s’il fallait faire une place acoustique à la douleur, à son expression, ou au combat que les médecins, les infirmiers et les infirmières mènent contre elle, autorisés par leur statut de soignant à rompre ce silence pour expliquer, consoler, soulager, aider, ordonner. Car l’hôpital n’est ni un lieu silencieux, ni un espace de quiétude. Les voix et les bruits remplissent très souvent les couloirs, de jour comme de nuit ; parce qu’il ne dort jamais, l’hôpital ne se tait pas. Un microcosme sonore au service du contrôle et du mieux-être du corps et de l’esprit. L’hôpital est le paradigme de ce silence qui n’en est pas un ; de cet état sensible qui impose la voix et le bruit au milieu d’un environnement qui se veut sans esclandre.

Reconnaissons-le : indépendamment de la qualité des soins que l’on reçoit, de l’amabilité des soignants, de la délicatesse de leurs gestes et de leurs paroles, tous nous sommes choqués, à un moment ou à un autre, par ce qui relève soudain du fracas, du cri, de la vocifération. Les roues des chariots semblent bringuebalantes et stridentes quand bien même il ne s’agit que de caoutchouc frottant à peine sur le linoleum. Les sonnettes d’appel font l’effet de cornes de brume dans les couloirs. Et les plaisanteries des infirmiers et des infirmières agressent l’oreille bien plus que ne le ferait une sortie de collège à la veille des grandes vacances. Nous sommes hypersensibles à ce vacarme, pourtant inventé ou presque, dans l’oreille de patients contraints au silence par la solitude, la douleur, l’ennui ou le doute. On perçoit d’autant plus ces sons qu’ils se répandent sur une fine couche de bruit blanc – la grande machine de l’hôpital, dans les étages, dans les “services”, ronronne, bourdonne, vibre mais n’hurle pas, sauf accident ; ce sons capturés par le compositeur Nicolas Frize en 1994 et mis en images dans le documentaire d’Anne Alix Hôpital silence ? en 1995. On les perçoit d’autant plus que l’on garde en tête le panneau “interdiction de klaxonner” comme une attente nécessaire, comme un morceau de l’expérience hospitalière qu’on apprécie quand tout va mal, dont on souffre quand tout va bien. On entend tout ce bruit parce qu’on cherche à écouter le silence blanc de l’hôpital. L’expérience acoustique de l’hospitalisation se fonde ainsi sur un gigantesque topos, celui d’un lieu de silence par destination, alors qu’elle passe par une réglementation du bruit, une taxinomie séparant les sons que l’on autorise, presque de façon éthique, et les sons que l’on condamne parce qu’ils viennent contredire cette attente topique.

Hôpital silence: Suivi de L'attente (Espace Nord): Amazon.es: Malinconi,  Nicole, Klinkenberg, Jean-Marie: Libros en idiomas extranjeros

Le silence manqué de l’hôpital a été décrit à maintes reprises, en général pour dénoncer les conditions de travail, les violences médicales, l’intransigeance des patients, le manque de moyens et de lits. Il n’y a pas de silence possible dans un hôpital qui souffre. Le roman de Bernard Laugery, la critique professionnelle de Nicole Malinconi, la poésie plastique de Pierre Tilman réunissent ainsi, comme une évidence et malgré leur différence de ton et de contenu, les mots “hôpital” et “silence” dans leur titre. À chaque visite d’Irene, je veux l’interroger sur ce qu’elle pense du silence de son hôpital, sur sa relation pratique et poétique aux sons de son lieu de travail. Je regrette de ne pas être anthropologue pour penser en perspective sociale ce que signifie au quotidien cette présence, au moins théorique, du silence. J’aimerais savoir ce qu’à cet instant précis elle entend du monde qui nous entoure. Évidemment, je ne saurais pas par où commencer, mes questions seraient sans pertinence, elle n’aurait pas le temps de dire quoi que ce soit qu’elle serait déjà appelée au chevet d’un autre patient plus dans le besoin que moi – quand on a envie de retenir l’infirmière pour de telles questions, c’est de fait que l’on va très bien et que l’on peut libérer le lit. J’aurais envie de spontanément lui parler de ce “silence blanc”, posant la métaphore, la description imagée ou la sensation visuelle comme grille de lecture de ce phénomène insaisissable. Et c’est bien là que la discussion, aussi agréable soit-elle – pour l’avoir imaginé à bien des reprises au cours de ces dernières semaines, je l’envisage comme une expérience manquée très agréable – c’est là que la discussion aurait sans doute échoué à penser réellement le silence comme fait social, parce qu’elle aurait sacrifié à l’élaboration poétique ; nous aurions passé une deuxième couche d’images sur le topos du silence hospitalier parce qu’on aurait failli, moi par manque de formation, Irene par manque de temps, à approcher anthropologiquement ce qu’est le silence. Ajoutons à cela que notre discussion aurait subi le poids écrasant de la nuit sur la fabrication d’un cocon, d’une île, d’un refuge ; nous aurions sans doute confondu la relation du soignant au silence avec sa relation à la nuit, à l’obscurité blafarde des veilleuses, au changement de rythme des services, à la solitude.

Le projet “Arts et Intelligences du Silence” mené à l’École des hautes études en sciences sociales entretient une relation sinueuse à la description de ce phénomène social, puisqu’il reconnaît à la fois la nécessité d’un passage par le langage et l’écriture pour répondre aux questions historiques et anthropologiques posées par la parole et sa rétention – une exigence de science et de discursivité, d’une part, et les contraintes de cette écriture du silence au moment de rendre compte de toutes les implications sociales, mais aussi psychologiques et poétiques dans le règlement de l’échange verbal, du dialogue et de ces versions collectives d’autre part. Si l’on admet par principe que le silence existe comme fait social indépendamment de son expérience, en tant qu’objet théorique d’enquête, on est toutefois assez vite en peine de le décrire par autre chose que le rapport : rapporter le témoignage de ceux qui le vivent ou l’imposent, rapporter l’histoire de ceux qui en jouissent ou qui en souffrent. On réduit alors l’histoire du silence à une histoire narrative de ses manifestations, une anthologie littéraire des pratiques du silence, comme a pu le faire Alain Corbin, sans toucher l’essence du phénomène, sans saisir ce qui l’érige en objet d’étude. On est là en plein dans le pot-au-noir heuristique de la métaphore ; on est là au cœur d’un régime des sensations qui condamne à goûter, écouter, voir le silence plutôt qu’à le décrire dans ses implications de langage d’abord, de relations ensuite. Ainsi, l’hypothèse avilissante ou libératrice du silence vivote dans les méandres des comparaisons sensorielles. On ne voit plus du silence que les couleurs qu’il génère, les lieux qu’il inspire, les souvenirs qu’il déclenche.

Il faudrait cependant dépasser ce constat d’échec pour produire un recentrage épistémique. Il faudrait laisser la blancheur du silence aux paysages du grand nord canadien décrit par Jack London, et l’éviter pour le monde de l’hôpital ; il faudrait rendre la profondeur abyssale du silence aux fonds marins de Jacques-Yves Cousteau, et la soustraire à la description des situations de handicap ou de contrainte. Il faudrait en d’autres termes éviter de réduire le silence à ce qu’il nous inspire quand on cherche à vaincre les limites du langage pour dire l’expérience de l’intime. Il faudrait au moins essayer. La tâche est rude, sans aucun doute, enchaînés que nous sommes dans un logocentrisme qui fonde à la fois la possibilité de communiquer et la scientificité de la démarche analytique. Pourra-t-on renoncer, au nom de la science, à la métaphore sous prétexte qu’elle dissimulerait la réalité objective des phénomènes sociaux ? Sous prétexte qu’elle appartiendrait aux régimes descriptifs de la littérature, de la poésie, de l’art en général ? La tentative est sans doute vouée à l’échec si l’on considère le silence dans sa relation au langage ; l’opposition, la contradiction, l’inconciliable sont en effet le combustible des moteurs de la métaphore puisque celle-ci permet de dire quelque chose du rien, de l’absence, de l’inverse, du nul.

La médiévistique pourrait cependant offrir ici un pas de côté intéressant à explorer. Parmi les tendances historiographiques récentes et remarquables dans l’étude du Moyen Âge, l’histoire sociale des émotions a permis des avancées considérables dans la connaissance de l’état d’âme comme révélateur des rapports entre les hommes. L’émotion est devenue à bon droit un objet d’étude historique par une analyse serrée des textes médiévaux qui évoquent, décrivent ou théorisent le ressenti et l’affect – les travaux de Barabra Rosenweig et de Damien Boquet sont passionnants sur ce sujet. Les chercheuses et les chercheurs engagés dans ces études, principalement aux États-Unis et en France, ont réussi à distinguer l’émotion (comme phénomène d’histoire sociale) de la topique littéraire et de son usage artistique, en insistant sur la façon dont la peur, la honte, la jalousie, l’envie, la tristesse, la joie sont au cœur d’interactions sociales, en jeu dans le contrôle, la domination, l’affirmation politique ou religieuse, la propagande intellectuelle, etc. Il ne s’agit pas de proposer une lecture psychologique par reconstruction du fait d’affect, mais de comprendre en quoi l’émotion participe d’un rapport à l’autre et traduit une perception particulière des milieux et des mondes. C’est une approche que les anthropologues mettent en pratique depuis toujours, en intégrant le “ce que je ressens” à “ce que je sais” et à “ce que je dis”, pour une prise en compte incarnée du réel. Les historiens se sont montrés plus tièdes, et ce n’est qu’avec la diffusion d’une anthropologie historique, en particulier dans le domaine de la médiévistique, que l’on a pleinement intégré cette dimension sensible dans l’analyse des sociétés anciennes. Ici, le rapport à la métaphore est tout à fait différent puisqu’elle est partie intégrante du discours des sources sur l’émotion et il s’agit de reconnaître a priori le régime de description particulier qu’elle produit. On ne fait pas feu de la métaphore parce qu’on échoue à identifier ou définir. Au contraire, la description du vocabulaire employé dans les textes, l’historicisation sérieuse des manifestations émotionnelles, la prise en compte du contexte social d’expression des affects conduisent à une connaissance empirique des paysages sensibles.

Pour éviter les pièges éventuels de la métaphore, on pourrait faire l’hypothèse que le silence – et je me limite ici au Moyen Âge – relève davantage d’une émotion, un affect, un état d’âme que d’un fait de communication ; ce ressenti intérieur d’une “fissure” dans le langage. Le silence est certes une norme sociale, une règle spirituelle, un moyen de contrôle, mais il est dans toutes ces manifestations un objet théorique que les textes décrivent et règlent sans détour de langage. Dans la Règle de saint Benoît, qui ordonne la vie cénobitique de la plupart des grands centres monastiques au cours de la première partie du Moyen Âge en Occident, le silence est ainsi décrit grâce à des adjectifs précis, évocateurs certes, mais obéissant à la hiérarchie et à la gradation d’une intensité mesurable ; il doit régner sur l’abbaye à des lieux et à des heures précisés dans la Règle. Il relève là non pas d’une expérience incarnée, mais d’un ordre social instituant les pratiques du langage au service d’une efficacité théorique. L’expérience réelle du silence en revanche opère, d’après les textes, dès lors qu’il abandonne le domaine de la norme et qu’il est intériorisé, au moment où il est intégré aux affects spirituels, aux émotions ressenties dans un chemin de rencontre avec Dieu. Il peut là être objet d’histoire, non pas parce qu’on rentrerait alors dans la tête et dans le cœur de l’orant, mais parce que le silence devient une émotion décrite, analysée, encouragée. Il devient une réalité théologique et dès lors, dans la société chrétienne du Moyen Âge, il relève d’une description. Le silence n’est plus blanc ni profond ; il est rhétorique, noétique, anagogique. Il est socialement reconnu comme relevant de l’ascèse.

Le silence comme ressenti, comme émotion, n’a rien à voir donc avec une expérience directe et mesurable. Le silence de l’hôpital est aussi nul en tant qu’expérience qu’il est réel en tant qu’émotion. Si la métaphore permet bien une connaissance “par tâtonnement”, pour reprendre la belle formule de Giovanni Busino, elle construit aussi une distance entre le fait et son appréhension par la science ; distance productive dès lors que l’on cherche à faire l’expérience pour l’autre de l’intime, mais contraignante quand on cherche en elle un raccourci vers une vérité, historique ou anthropologique. L’intérêt des sciences humaines et sociales pour la métaphore et la reconnaissance de la structure analogique sur l’établissement du savoir ne sont guère nouveaux et dépassent l’appréhension des phénomènes insaisissables tels que le silence. La figure et le trope sont les moyens d’une mise en mots, d’une mise en images, d’une mise en sentir de ce qui reste caché dans les plis du réel, du vivant, du social ; dans l’informulable d’une situation aux confins de l’expérience dicible ; pour le dire avec Jean-Claude Passeron, d’une poétique du fait social. Si elle permet bien un discours sur, permet-elle une connaissance de ? En laissant Irene évoquer par la métaphore ce qu’était son silence-émotion de l’hôpital, aurais-je su davantage ce que cette fissure ressentie voulait dire en termes de rapport entre les individus, de relation entre les soignants, les patients et l’institution ? Son approche poétique du silence-émotion qui nous entourait aurait-elle été plus ou moins productive qu’une enquête serrée fondée sur des questions que les sciences sociales auraient élaboré a priori ? Peu importe sans doute, puisque l’inquiétude ici ressentie face à la modalité de l’enquête est en soi source de connaissance, et c’est en faisant du silence une émotion et non un fait de communication que l’on peut essayer d’apprivoiser la puissance heuristique de la métaphore.

Il ne s’agit donc pas d’adhérer à la démarche métaphorique en tant que condition d’accès au sensible, ou de la rejeter au nom d’une volonté scientifique d’établissement du réel par-delà le langage. Il s’agit de savoir sur quoi l’on fait porter la description d’une part, et quels sont les recours rhétoriques de la connaissance d’autre part. Pour décrire le silence par la métaphore ou non, il faut savoir si l’on envisage le silence en tant que, le silence comme si, ou bien le silence de telle sorte que. L’enquête sur le silence a la vertu d’imposer une clarification de ce qui fait “objet” dans l’analyse. L’hôpital-silence n’existe pas pour Irene en dehors de ce qu’il génère d’affect en une nuit de Noël froide et solitaire ; il est au contraire contredit en permanence par les appels, les gémissements, les coups sourds d’un temps qui passe au ralenti. Il n’existe pas non plus pour le patient, pour le visiteur, pour l’ingénieur-méthode qui fixe les règles de son respect au quotidien. Comment pourrait-il exister pour le chercheur en sciences sociales si ce n’est par l’intermédiaire d’une approche poétique et métaphorique du réel ? Sans doute faut-il dès lors s’autoriser à déplacer la métaphore, à s’approprier la métaphore de l’autre en ce qu’elle dit quand même quelque chose du fait dans son ressenti. Je n’aurais pas dû craindre le fait qu’Irene me parle de la nuit, de la solitude, de la fatigue, du stress, de l’épidémie ou de l’état du monde en répondant à la question “entends-tu le silence de ton hôpital ?”. J’aurais eu la conviction alors que le silence relevait bien d’un état d’âme, de cet espace libéré de conscience pendant lequel le réel acquiert une densité particulière au point de se formuler poétiquement parce que le langage-communication se tait. Partant, j’aurais perçu dans les faits que c’est dans le ressenti-silence que pouvait résider une réalité sociale, celle d’une rupture d’interaction langagière qui laisse la place au corps du malade, à l’attention du soignant, à la “fabrique du soin”. Parce qu’il n’est en aucun cas l’absence absolue de sons et de bruits, le silence est un objet de sciences sociales, une couche d’absence de discours sur lequel on peut produire du discours.

Un geste nôtre – enquête, traduction, silence

Le nouveau livre de Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny (2021) contient du silence ; celui de l’enquête auprès d’enfants autistes qui, dans la mise en place de relations complexes de communication, produisent du langage au-delà des mots, et dans lesquelles le silence marque le lien, la confiance, la complicité, autant que la peur, le rejet, l’impossibilité du dire. Dans le cadre du séminaire “L’agir viscéral”, Catherine Perret présentera quelques-un de ces aspects, en préambule d’échanges à venir spécifiquement consacrés au silence.

Qu’est-ce l’anthropologie politique de Fernand Deligny ? Comment la démarche d’un pédagogue qui ne veut rien enseigner à l’autre devient un projet politique allant bien au-delà de la reconnaissance de l’autre dans sa spécificité, un projet qui conduit à un renversement du paradigme anthropologique fondé sur la traduction d’un langage à l’autre, alors que nous sommes « là », dans cette « tentative » de Fernand Deligny avec les enfants autistes, dans un espace de partage se situant hors langage, dans une forme de vie qui ne s’exprime pas par la parole dite.

Il faut alors que le pédagogue apprenne à vivre à proximité de ces autres absolus que sont ces enfants qui se sentent menacés par toute tentative de « les traduire » d’un monde à l’autre, mais qui, pourtant, « nous » cherchent, indéfiniment, dans leurs circonvolutions. Qui est-ce ce « nous » qu’ils cherchent, et comment Fernand Deligny essaie de le fonder ? Ce n’est pas en l’instaurant comme le référant d’un langage commun, mais en « bricolant », comme il dit, un « geste nôtre », un travail, une œuvre commune qui se nourrit de proximités, de partages intimes d’un espace naturel et archaïque, dans les Cévennes, en résonance avec l’archaïque qui est en soi, enfoui en chacun d’entre nous – « nous » et « eux » confondus cette fois – portant la trace fossile de la vie, la marque indélébile d’un vivant tenace.

Ce « geste » dont la portée révolutionnaire avait été parfaitement perçue par les contemporains de Fernand Deligny, radicalise le projet politique inhérent à l’anthropologie comme entreprise de « compréhension » ou de « traduction » de l’altérité, en laissant percevoir les dangers de ces opérations d’assimilation ou d’intégration qui peuvent se muer en aliénation, et finalement, en anéantissement de l’autre en ce qu’il est – ce que craignent peut-être les enfants autistes lorsque « nous » les approchons par le langage, en les terrorisant.

Il s’agit alors d’établir ou de rétablir, non pas une autre langue, mais un autre logos pour agencer d’autres formes de continuité et de discontinuité entre les humains et les autres vivants, qui, fondées non pas sur le langage mais sur le tacite, refondent l’humain.

Catherine Perret interviendra au séminaire de l’EHESS « L’agir viscéral. Anthropologie politique des sens et des corps », coordonné par Véronique Béneï, Birgit Müller et Deborah Puccio-Den, le 27 mai, de 15h à 17h. Son intervention est intitulée À propos d’« un geste nôtre » : pour introduire à la tentative de Fernand Deligny de travailler avec les autistes. Le lien de connexion zoom est disponible sur demande auprès de Deborah.Puccio-Den@ehess.fr

Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny, Paris, Éditions du Seuil, 2021.

Billet rédigé par Deborah Puccio-Den.

Ouverture de la chaine “Arts et Intelligences du silence”

Afin de diffuser les travaux de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence, l’École des hautes études en sciences sociales vient de créer un espace de dépôt pour les vidéos des conférences, séminaires et autres opérations de recherche des membres de l’équipe. Cette semaine, une nouvelle publication avec l’enregistrement de la séance du 11 février dernier du séminaire de Deborah Puccio-Den.

Dans le cadre de son séminaire « Ethnographier le silence », Deborah Puccio-Den, coordinatrice de l’EIT « Arts et Intelligences du Silence », a propose le 11 février dernier une réflexion sur « ces choses dont on ne parle pas » : le délit, l’entente criminelle, l’inceste. Dans ce cadre, elle recevait l’anthropologue Léonore Le Caisne pour son travail sur le silence autour de l’inceste , pour un échange sur les mots et leurs limites à dire la violence et la douleur. En raison de la situation sanitaire, la séance de séminaire était organisée à distance et a fait l’objet d’un enregistrement. Dans la vidéo ci-dessous, on retrouvera les exposés de Deborah Puccio-Den et d’Éléonore Le Caisne, ainsi que les discussions nombreuses qui ont fait suite aux deux présentations.