Archives par mot-clé : image

Silence et arts en video

Le jeudi 8 avril 2021, Deborah Puccio-Den recevait, dans le cadre de son séminaire “Ethnographier le silence”, Francesca Sbardella (Université de Bologne) et Vincent Debiais (CRH, EHESS-CNRS) pour une séance consacrée aux relations entre le silence et l’art. Un large éventail d’images, de pratiques, d’intentions artistiques également ont été abordées au cours de cette séance dont la vidéo vient d’être mise en ligne sur le site de dépôt multimédia de l’EHESS. L’occasion de d’assister à distance et en différé aux trois présentations du séminaire “Silence dans l’Art, Arts du Silence”.

En 1939, le compositeur espagnol Joaquín Rodrigo écrit le concerto pour guitare en quatre mouvements, connu de tous sous le titre de Concierto de Aranjuez. Joaquín Rodrigo, aveugle depuis l’âge de trois ans, a développé, pour son art, un système complexe de notation en Braille. La partition originale du Concerto de Aranjuez, aujourd’hui conservé à Madrid, montre le déploiement intrigant des notes de musique tactiles le long des portées. L’objet, tout à fait silencieux, semble sculpté par la musique. Les mouvements mélodiques existent uniquement sur la page en tant que formes, des formes qui pourront être traduites en sons du bout des doigts par l’interprète, et grâce à l’action du corps sur l’instrument. La très belle partition de Joaquín Rodrigo révèle la tension entre la création artistique et les moyens de sa notation, entre le processus intangible de composition et sa transcription visuelle, entre l’esthétique musicale et ce qu’il en reste dans le silence. C’est là un aspect structurel de l’histoire de l’art et de notre expérience de spectateur. Il nous invite à envisager tout ce qui échappe à l’emprise de la forme ; il nous invite à considérer tous ces alibis des œuvres d’art.

Dans cette séance, Deborah Puccio-Den, Francesca Sbardella et Vincent Debiais reviennent, à partir de terrains très différents, sur ces enjeux, cette tension entre la vue et le silence, entre la transformation du matériau et les conditions silencieuses de sa création et de son expérience.

Ouverture de la chaine “Arts et Intelligences du silence”

Afin de diffuser les travaux de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence, l’École des hautes études en sciences sociales vient de créer un espace de dépôt pour les vidéos des conférences, séminaires et autres opérations de recherche des membres de l’équipe. Cette semaine, une nouvelle publication avec l’enregistrement de la séance du 11 février dernier du séminaire de Deborah Puccio-Den.

Dans le cadre de son séminaire « Ethnographier le silence », Deborah Puccio-Den, coordinatrice de l’EIT « Arts et Intelligences du Silence », a propose le 11 février dernier une réflexion sur « ces choses dont on ne parle pas » : le délit, l’entente criminelle, l’inceste. Dans ce cadre, elle recevait l’anthropologue Léonore Le Caisne pour son travail sur le silence autour de l’inceste , pour un échange sur les mots et leurs limites à dire la violence et la douleur. En raison de la situation sanitaire, la séance de séminaire était organisée à distance et a fait l’objet d’un enregistrement. Dans la vidéo ci-dessous, on retrouvera les exposés de Deborah Puccio-Den et d’Éléonore Le Caisne, ainsi que les discussions nombreuses qui ont fait suite aux deux présentations.