Le projet « Arts et Intelligences du silence »

L’équipe internationale triennale Arts et intelligences du silence est constituée au sein de l’École des hautes études en sciences sociales à compter de septembre 2020. Coordonnée par Deborah Puccio-Den (LAIOS-IIAC) et Vincent Debiais (CRH-AHLoMA) , cette équipe réunit un groupe d’une vingtaine de chercheurs venus de France et de l’étranger pour former une communauté de réflexion inédite autour de la notion de silence, sujet encore à défricher dans le domaine des sciences humaines et sociales. Le travail collaboratif, très largement exploratoire, est multiforme : organisation d’un séminaire annuel sur trois ans ; réunions annuelles d’un mois dans les locaux de l’EHESS ; invitations récurrentes de professeurs étrangers ; deux journées d’études d’étape ; colloque final ; publications collectives.

En proposant d’instaurer les conditions d’un dialogue entre anthropologues et historiens, en particulier médiévistes, cette EIT prolonge une tradition propre à l’EHESS dans l’exploration d’une notion qui embrasse, par ses manifestations sociales, l’ensemble du champ des disciplines enseignées et défendues par l’École.

Le silence, notion au croisement des savoirs et des savoir-faire

Le silence a été décrit tantôt comme ce qui n’est pas là, une parole qui s’absente, un bruit qui s’évapore, un vide, un « trou » ou un « blanc » dans la communication, tantôt comme ce qui est déjà là, soubassement de tout acte de langage qui vient s’y déposer. Pour dépasser cette opposition stérile, l’EIT Arts et Intelligence du silence se propose d’interroger le silence tel qu’il existe dans sa temporalité et dans son déroulement, en train de se faire (son intention, sa décision, sa mise en œuvre, sa durée, ses points de rupture), en explorant sa dimension pragmatique et les problèmes pratiques et méthodologiques que cette exploration comporte. Ce projet est donc bifide : une branche de l’exploration concerne le silence lui-même ; l’autre, réflexive, concerne ce qu’une question telle que le silence met en jeu dans la pratique des sciences sociales.

Dans cette enquête, l’EIT s’appuie sur un état de l’art aussi riche que partiel, portant l’empreinte de frontières disciplinaires parfois infranchissables. Les historiens se sont d’abord intéressés au « silence intérieur » comme lieu d’élaboration de l’individualité (Corbin 1994). Ils ont décrit certaines catégories d’individus « silencieux » par antonomase, « règle » ou choix de vie, comme les moines ou les paysans. L’expérience du silence en soi, en tant que modalité spécifique d’action et d’interaction, avec ses qualités propres, ses contraintes et ses possibilités, passe en revanche inaperçue dans ces travaux. Du côté des anthropologues, le projet d’une « anthropologie du silence » s’est essentiellement fondé sur des matériaux littéraires où ce dernier apparaît comme une dimension de l’être à préserver dans une intimité lointaine du tintamarre de la modernité (Le Breton 1999). Dans ce projet, il s’agira au contraire de fonder une ethnographie du silence comme méthode d’enquête et comme problématique théorique : ce dernier n’y serait plus traité comme le résidu archaïque d’un temps révolu, mais considéré comme un espace fréquenté, à fréquenter donc par les sciences sociales.

Étudier les multiples façons de faire silence conduit à s’interroger sur ce qu’il fait à son tour à la vie sociale. Nous nous intéresserons ainsi aux liens créés par le (ou en) silence, prenant à contrepied l’image courante qui le représente comme un « mur ». Au contraire, nous poserons l’hypothèse que ce « régime d’action et de langage » (Puccio-Den 2020a : 600), questionné dans l’espace et dans le temps, structure des liens sociaux et façonne l’espace politique (Puccio-Den 2020b). Les liens fabriqués par le silence nous semblent d’autant plus solides qu’ils ne sont pas dits (Jamin 1977), mais passent par les sens (Puccio-Den 2017), les émotions (Beneï 2008) l’implicite, le non-dit, le tacite (Perret 2016). Impliquant les humains et les relations qu’ils entretiennent avec des actants non-humains (animaux, plantes, êtres métaphysiques), ces rapports amènent à une réflexion ontologique, mais pour atteindre une meilleure intelligibilité du silence comme pratique et forme d’action (faire et/ou faire faire).

Ainsi, la dimension politique du silence sera étudiée dans une perspective différente de ce que les historiens ont déjà pu produire : ce n’est pas tant la question « Ce que se taire veut dire » (Mots, les langages du politique, 103/2013) qui nous retiendra, mais plutôt ce que taire peut faire : comment procède-i-il ? En s’appuyant sur quels ressorts, médiations, supports et objets ? Enfin, si la sémiotique du silence a déjà été relevée (Barthes 1971), sa dimension sensorielle, affective, émotionnelle, phénoménologique reste en partie inexplorée pour les sciences sociales, celle-là même que des artistes, des architectes (Formes du silence, 2016), des musiciens (Laborde 2001) ont déjà exploitée et que notre EIT se donne comme but d’approfondir. Le travail mené sur le silence comme espace de socialisation et de communication – avec le divin notamment – (Sbardella 2015) pourrait être diffusé en France pour amorcer d’autres terrains et des enquêtes dédiées à des univers sociaux où le silence est plus discret comme pratique collective, voire comme règle partagée, mais n’en reste pas moins prégnant et structurant : quelle place tient le silence au sein des pratiques comme la danse, la musique, l’art, la vie politique, le rituel, ou le droit ?

Le paradigme sur lequel se fondent les sciences sociales relègue le silence du côté du raté, du vide ou vacuum, voire de l’échec par rapport à la performance réussie que serait la parole, ou du pathologique par rapport à une parole assumée comme base de toute thérapie légitime, individuelle ou sociale (Kidron 2009). Du point de vue épistémologique, l’éventail de ses déclinaisons fait apparaitre le silence tantôt comme une partie saillante des phénomènes sociaux (le silence carcéral, le silence mafieux ou omertà, la clôture monastique, les pratiques artistiques du mime et du cinéma muet), tantôt comme un manque, une absence (les pathologies du langage, l’empêchement punitif, la parole dissimulée, le mutisme imposé). Il nous faudra donc inventer ou fabriquer collectivement les moyens d’une analyse qui, tout en prenant en compte ces polarités, permettent d’étudier la notion pour ce qu’elle est, dans sa définition et dans ses formes, et non pour ce à quoi elle s’oppose. Étudier le silence n’est pas étudier l’absence de langage, de même qu’étudier le vide n’est pas étudier une absence d’image. Aussi souhaiterions-nous également dégager le silence de son inverse, de ce par rapport à quoi il est pensé – la parole – et le concevoir comme une notion autonome dans les faits sociaux qu’il imprègne, comme un autre moyen d’expression à la disposition du sujet et des collectivités, en somme comme « une des modalités de la parole » (Debiais 2019 : 50).

Il y a là lieu pour une réflexion collective sur l’autonomie des objets d’étude vis-à-vis des disciplines qui pourra nourrir un débat épistémologique à plus large rayonnement au sein de l’EHESS. Dans cette complémentarité des approches, il faut assumer une nouvelle posture face à notre travail dans sa double dimension, non seulement de chercheurs qui enquêtent sur le silence, mais aussi de chercheurs qui écrivent sur le silence. Écrire sur le silence revient-il nécessairement à le traduire en mots ? Quels sont les coûts de cette opération, qui ne soumet pas seulement ce à quoi elle s’applique à une traduction mais lui impose aussi une transformation ontologique ? Autrement dit, comment gérer l’écart ontologique entre les choses telles qu’elles sont et existent dans le silence, et les mots que nous employons pour les décrire ? On peut d’ailleurs se demander si ces choses dont « on ne parle pas » (William 1995) existent réellement (à savoir comme réalités sociales et socialisables), ou si elles ne sont pas fabriquées par cette opération de traduction et de verbalisation (Hirschauer 2006).

Visuel pour l’exposition « There Will Never Be Silence » consacrée à John Cage au MoMA
Pourquoi créer une équipe internationale triennale sur le silence ?

Parce qu’elle relève de la relation de l’humain au monde, la notion de silence appartient à l’ensemble des champs du savoir et échappe par définition aux découpages disciplinaires. Soumettre le silence a une enquête individuelle régie par les principes exclusifs d’une seule démarche, c’est produire la vision partielle d’une notion totale ; c’est prendre le risque de créer un objet qui n’existe plus que dans sa dimension scientifique aux dépends de sa dimension sociale ; c’est élaborer les conditions de l’échec des sciences sociales dans leur vocation à comprendre le réel. Le silence est donc de ces notions pour lesquelles il faut inventer une interdisciplinarité au-delà des disciplines, et pour lesquelles il faut créer les conditions originales de mises en commun, de rencontres, d’échanges sur le temps long et par-delà les structures traditionnelles de fédération de la recherche.

Le dispositif de l’équipe internationale triennale répond tout à fait aux besoins heuristiques d’une telle enquête sur la notion de silence en ce qu’elle est créatrice et ordonnatrice de phénomènes sociaux. Anthropologie, philosophie, théorie et histoire de l’art, sciences de la communication, psychanalyse et droit doivent en effet être convoquées dans une démarche collective qui dépasse l’accumulation d’études de cas, pour atteindre une meilleure intelligibilité du silence comme pratique. En créant cette structure souple, attractive et ouverte, il s’agit de fédérer au sein de l’EHESS les initiatives individuelles de recherche sur le silence, d’attirer les talents internationaux capables de participer par leur expertise à un dépassement de l’état de l’art, et de diffuser largement les produits de ce travail auprès des étudiants, dans la communauté scientifique et dans la société.

Le silence appartient à la catégorie des notions que nous qualifions d’indescriptibles ; qui, en tant que phénomène, relèvent de l’expérience, et qui, en tant qu’objet d’étude, relèvent de l’insaisissable. En concentrant les actions de l’EIT sur le silence, il s’agit de proposer des pistes de recherche et des méthodes de travail applicables à d’autres notions relevant de cette catégorie. On doit pour cela compter sur des compétences variées, issues de traditions académiques différentes, et réunir ainsi au sein d’une seule équipe des chercheurs et des chercheuses appartenant à plusieurs institutions en France, en Europe et aux États-Unis. Cette EIT constitue l’occasion de construire cette communauté de réflexion sans laquelle les rencontres et le travail collectif des chercheurs que nous avons identifiés pour leur expertise et le caractère novateur de leurs travaux ne pourraient que difficilement se réaliser. En les accueillant et en créant la dynamique d’une recherche originale sur le silence, l’EHESS poursuit sa vocation de dialogue et consolide la tête de pont d’une exploration du social au-delà des distinctions disciplinaires.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search