Archives de catégorie : Séminaires annuels

En route pour juin

Après bien des modifications et grâce au soutien du Centre de recherches historiques et du Laboratoire d’anthropologie politique à l’École des hautes études en sciences sociales, le programme des sessions de travail de l’équipe “Arts et Intelligences du Silence” est disponible ci-dessous ! Hâte d’accueillir toutes ces activités et de réfléchir en collectif aux questions du silence dans les dynamiques des sciences sociales.

L’équipe internationale triennale « Arts et Intelligences du Silence », formée à l’École des hautes études en sciences sociales à la rentrée 2021, se réunit à Paris tout au long du mois de juin. Conformément au dispositif de l’EIT, ce mois de présence sur les différents sites de l’École est destiné à accueillir les discussions et promouvoir l’échange entre les membres de l’équipe, et à diffuser les premiers résultats des travaux effectués à distance au cours de ces derniers mois. L’objectif de l’équipe « Arts et Intelligences du Silence » est de mener une réflexion interdisciplinaire sur le silence comme objet théorique, comme pratique de relations sociales, comme expérience de vie politique, comme sujet de la création artistique. Elle entend interroger d’abord la capacité des sciences sociales à identifier, qualifier et interpréter ce phénomène par essence insaisissable, et mettre en œuvre ensuite des moyens originaux pour décrire et transmettre ce qu’est le silence au-delà des limites du langage scientifique à rendre compte de certains phénomènes intangibles.

Au cours du mois de juin, l’équipe accueillera trois professeurs invités – un médiéviste, une historienne de l’art et une anthropologue – ainsi que d’autres membres de l’équipe exerçant en France et à l’étranger. Ce mois de résidence fera alterner les conférences, les séminaires et les séances de lecture pour fabriquer de longs moments d’échanges, informels et libres, et mener à la construction collective de méthodes et de pratiques de la recherche en sciences sociales. Les activités de l’EIT « Arts et Intelligences du Silence » s’ouvriront le 2 juin par la conférence inaugurale d’Antonio Balsamo, juge anti-mafia et expert auprès de l’ONU pour les questions juridiques ; les mardis 7, 14, 21 et 28 juin, quatre séances de séminaire accueilleront les exposés des membres de l’équipe autour de questions aussi variées que celles de la justice numérique, de l’intelligence artificielle, de la danse, de la peinture contemporaine, de l’histoire des crimes. Le jeudi 23 juin, les débats prendront la forme de lectures croisées autour de quatre ouvrages traitant directement ou indirectement du silence comme objet et comme pratique.

Les travaux de l’EIT « Arts et Intelligences du Silence » sont ouverts à toute l’École et ont été pensés comme un véritable laboratoire de recherche en sciences sociales pour discuter du sujet « silence », mais aussi pour inventer collectivement les moyens d’en parler. Toutes les informations au sujet de ces rencontres seront publiées au fur et à mesure des travaux sur Silence(s), le carnet de recherche de l’équipe.

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Deborah Puccio-Den et Vincent Debiais ; crédit photographique de l’image d’en-tête : licence CC

L’équipe accueille ses professeurs invités

Parmi les dispositifs mis à disposition par l’École des hautes études en sciences sociales, l’EIT “Arts et Intelligences du Silence” accueille avec un grand plaisir ce printemps trois professeurs invités pour nourrir les échanges collectifs qui auront lieu à Paris tout au long du moins de juin. Une brève présentation de nos invités et la liste de leurs interventions dans le cadre des activités de l’équipe internationale triennale, avant la diffusion du programme général du mois de juin.

Scott G. Bruce est professeur d’histoire médiévale à l’Université de Fordham à New York (USA) où il enseigne depuis 2018. Il a auparavant dirigé le Centre d’études médiévales à l’Université du Colorado à Boulder (2013-2018). Scott Bruce est spécialiste de l’histoire religieuse et culturelle du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central et il s’intéresse principalement à l’hagiographie, à la culture monastique, à la circulation des textes et des savoirs au sein du monachisme de l’Occident médiéval, notamment à Cluny. Il a publié plusieurs livres sur ces questions : Silence and Sign Language in Medieval Monasticism: The Cluniac Tradition, c.900–1200 (Cambridge, 2010) ; (avec S. Vanderputten) A Companion to the Abbey of Cluny in the Middle Ages (Brill, 2021) ; The Penguin Book of Dragons (Penguin Books, 2021). Son nouveau projet est consacré à la réception des textes des Pères grecs dans l’Occident latin.

Mardi 7 juin, dans le cadre du séminaire “Arts et Intelligences du Silence” (54, boulevard Raspail, salle BS1_28, 14h30-17h) : A Silent Commerce of Signs: The Use and Abuse of Non-Verbal Communication in Medieval Monasteries

Mardi 21 juin, dans le cadre du séminaire “Arts et Intelligences du Silence” (Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 50, 10h-12h30) : Verba risum mouentia: Laughter and Comportment in Early Medieval Monasticism

Elina Gertsman est professeure d’histoire de l’art médiéval à Case Western Reserve University à Cleveland (USA). Elle est spécialiste des images et des objets du Moyen Âge occidental et de façon générale des liens entre les matériaux et les notions de perception, de mémoire, de sensorialité et de spiritualité. Elle a travaillé, entre autres, sur la danse macabre, sur les statues de la Vierge, et sur les relations entre le corps et l’image. Elle a publié de très nombreux ouvrages, tous reconnus par l’obtention de prix prestigieux. Ses dernières recherches sont consacrées à l’idée de vide et d’absence dans l’image médiévale : The Absent Image : Lacunae in Medieval Books (Penn State Press, 2021). Elle collabore actuellement avec Vincent Debiais et l’EHESS dans le cadre d’un projet bilatéral financé par la Fondation FACE sur l’abstraction et l’art du Moyen Âge.

Mardi 7 juin, dans le cadre du séminaire “Arts et Intelligences du Silence” (54, boulevard Raspail, salle BS1_28, 10h-12h30) : Silent Voids

Kriti Kapila est maîtresse de conférences en anthropologie et en droit au King’s India Institute et au département de santé mondiale et de médecine sociale du King’s College de Londres. Les recherches de Kriti Kapila sont axées sur l’anthropologie du droit et l’anthropologie de l’État. Elle est l’auteure de Nullius : The Anthropology of Ownership, Sovereignty, and the Law in India (HAU Books, Chicago 2022). Nullius propose une nouvelle anthropologie de la souveraineté à travers une exploration ethnographique de l’effacement et de la dépossession. Elle termine actuellement le manuscrit de son deuxième livre sur la génétique historique et la médecine génomique en Inde. Le livre, provisoirement intitulé Indigene, examine la dynamique de l’absence et de la présence de la race en tant que dispositif de cadrage dans la recherche sur la génétique humaine en Inde. Ses nouvelles recherches portent sur la relation entre numératie, culture numérique et souveraineté dans l’Inde post-biométrique.

Mardi 7 juin, dans le cadre du séminaire “Arts et Intelligences du Silence” (54, boulevard Raspail, salle BS1_28, 14h-17h30) : Deadly Silences: towards a political anthropology of absence (avec Deborah Puccio-Den et Ida Susser)

Mardi 14 juin, dans le cadre du séminaire “Arts et Intelligences du Silence” (54, boulevard Raspail, salle BS1_28, 14h-17h30) : Absence, effacement and disappearance in the digital state

silence dans l’art, arts du silence

Francesca Sbardella, auteur de l’ouvrage Abitare il silenzio. Un’antropologa in clausura (Viella, 2015) et Vincent Debiais, auteur de l’ouvrage Le silence dans l’art (Les Éditions du Cerf, 2019) seront les invités de Deborah Puccio-Den à la séance intitulée « Silence dans l’art, arts du silence », du séminaire de l’EHESS Ethnographier le silence. Pratiques, méthodes, perspectives théoriques, qui se déroulera jeudi 8 avril, de 12h à 15h, via zoom. Le silence y sera exploré à travers le langage des images, des reliques et des statues.

Lorsqu’une anthropologue et historienne des religions ayant mené des terrains sur les Sœurs Carmélites en France rencontre un historien de l’art du Moyen Age ayant conduit des recherches sur les figurations du silence, ce thème s’ouvre à de nouveaux horizons d’intelligibilité devenant un espace à « habiter », aussi bien dans son for intérieur que dans le monde, une épreuve à traverser, dans les tréfonds de son âme et dans le « désert », mais aussi une pratique à partager collectivement, une « règle », un faire le silence en soi ou ensemble pour mettre en syntonie l’univers terrestre avec le temps céleste. Nous savons que cette conjonction avec le divin nécessite une mise à l’écart de la parole comme instrument de communication humaine, mais nous savons également que, dans la religion chrétienne, la parole divine s’incarne, le Verbe se fait chair, Dieu advient sur terre. Les Vierges des fêtes de « Maures et Chrétiens » espagnoles, oscillant rituellement entre silence et parole, interprètent la contradiction inhérente à l’ambiguïté de leur statut,  entre icône et idole, entre terre et ciel. Objets d’une parole détournée, ces Vierges portent en elles aussi le non dit de la guerre civile espagnole et de ses violences iconoclastes. Leur silence devient alors un art du non dit.

La possible lecture de l’image est en débat depuis W. Benjamin ; son écoute, le fait d’entendre ce qu’elle montre, sa dimension sonore semblent quant à elles réservées aux images en mouvement. Si elles proposent là une articulation entre la présence et l’absence, on peut aussi s’interroger sur leurs relations au silence. C’est à cette question que Vincent Debiais s’attachera au cours de cette séance. La figuration explicite du silence en tant que sujet de l’image dans l’art médiéval lui servira de point de départ pour explorer les recours visuels susceptibles de donner à voir et à entendre le silence dans la peinture, mais aussi dans l’architecture ou la musique. L’exposé sera essentiellement centré sur les images religieuses dans l’art chrétien de l’Europe occidentale, et envisagera les liens entre théologie, culture visuelle et anthropologie des images.

Francesca Sbardella interrogera les gestes et silences du sacré dans le traitement des images et des reliques. En Europe, dans les zones relevant de la catholicité, les restes humains (parties osseuses du corps ou tissus étant entrés en contact avec celui-ci) de personnes réputées exceptionnelles sont généralement thésaurisés et transformés en reliques. La production et la re-production de l’objet-relique se font dans des monastères et se réalisent in primis sur le plan matériel. L’historienne des religions présentera, dans une optique anthropologique, les pratiques d’intervention sur les restes en question, le rôle des moniales qui s’y consacrent et les processus de « silencement » qu’elles mettent en œuvre. Le silence-prière qui caractérise l’opération en tant que telle et le silence-secret portant sur les modalités d’exécutions seront également “exposés” à travers un film réalisé par l’anthropologue sur son terrain.

Deborah Puccio-Den fera état de ses terrains sur les pratiques rituelles entourant les statues des Vierges protagonistes des fêtes espagnoles de « Maures et Chrétiens », posant la question du statut de l’image, de la parole et du silence dans le dogme et dans la pratique chrétienne. On verra comment l’attribution de qualités transcendantes passe, paradoxalement, par une humanisation des statues, dont les pouvoirs sont réactivés par la parole, avant qu’elles ne soient ramenées au silence comme espace-temps de la prière et de la contemplation. Ici encore, ce sont des images en mouvement qui seront analysées, au cœur des pratiques qui les animent (et dés-animent), qui les font parler et qui les font taire, pour incarner le mystère de l’invisible présence du divin en elles.

Le séminaire se déroulera via zoom, lien disponible sur demande à la coordinatrice : Deborah.Puccio-Den@ehess.fr