Faire silence

La revue Ethnologie française lance un appel à contributions pour un numéro spécial consacré à la thématique de notre EIT : faire silence. Coordonnée par Deborah Puccio-Den, cette livraison pour l’automne 2022 se veut récapitulative et prospective. De quoi aborder bien des sujets au cœur de nos recherches à venir ! Gros plan sur l’appel à contribution (téléchargeable en fin de billet).

Le silence, voilà un thème qui se démarque à la fois par son omniprésence et par son absence. Des femmes et enfants “victimes silencieuses” de violence, des citoyens révoltés face à ce qu’on ne leur « dit pas » ou à la manière dont on “invisibilise” leurs problèmes, des mouvements protestataires “silenciés”, des associations qui essaient de porter toutes ces revendications dans l’espace public pour les faire “entendre”… Est-ce l’omniprésence de ce mot, dans toutes ses déclinaisons, au sein du débat politique et médiatique actuels, ou est-ce l’absence d’une réflexion anthropologique conduite à partir de cas empiriques et de descriptions ethnographiques minutieusement menés qui doit nous inciter à amorcer une réflexion collective sur le silence comme pratique, comme faire 

La première intention de ce numéro de la revue Ethnologie française est de reprendre ce questionnement et de le mettre au service d’une entreprise descriptive : comment décrire les pratiques volontaires et collectives du silence, et en faire l’objet d’une enquête ethnographique non pas en considérant ce dernier comme le reste fastidieux d’une discipline qui n’aboutit que par l’exercice de la parole et l’interaction langagière, mais pour fonder une observation différente, pour porter un regard autre sur nos terrains et sur ce qu’ils peuvent nous dire à travers leur silence ? Dans cette perspective, et pour l’exprimer avec les mots de David Le Breton, le silence “n’est pas seulement une certaine modalité du son, il est d’abord une certaine modalité du sens”.

Lorsque l’on essaye de dresser l’état de l’art d’un objet de recherche comme le silence, on est saisi par son caractère multiforme, en même temps que par la monotonie de ses approches. Certaines analyses, on l’a dit, pointent l’incertitude sur ce qu’il est et tentent de le définir par rapport à ce qu’il n’est pas : le bruit, le son, la parole. D’autres analyses tendent, elles, à l’associer à des champs d’enquête qui reviennent régulièrement : le silence de la relation au religieux ; le silence comme forme de résistance passive (omerta) ; le silence imposé comme forme de domination ; le silence comme expérience psychique individuelle. Ainsi, si le philosophe italien Pier Aldo Rovatti y identifie un lieu de non-coïncidence entre les mots et les choses, berceau de l’oscillation permanente des signifiés, des historiens comme Alain Corbin font coïncider “faire silence” et “parole intérieure”, retour sur soi, repli dans une intimité où la personne s’élabore dans la rencontre avec la nature, avec l’être aimé, avec Dieu. Du côté des anthropologues, le silence est mis au cœur et au service d’un dispositif culturel de résistance. Ainsi, Maria Pia Di Bella interprète l’omerta comme un modèle culturel de comportement mis en œuvre par le peuple sicilien face aux contradictions sociales émergées en Sicile suite à la création de l’État italien (1861). Pourtant, cette “ruse” du peuple semble pouvoir se retourner contre lui, et le silence se transformer aussitôt en instrument de pouvoir, de terreur ou de coercition mentale, où “la pensée ne se situe plus devant l’infini du sens, mais subit l’injonction de se taire ou de consentir au pire”.  

Ce numéro se propose d’explorer bien des univers sociaux où le silence est moins affiché comme pratique collective, voire comme règle partagée, bien qu’il soit tout aussi prégnant et structurant : quelle place tient-il au sein de pratiques comme la danse, la musique, l’art, la pédagogie, la politique ou la fabrique des sciences sociales ? Une réflexion de cette ampleur ne peut être qu’interdisciplinaire : anthropologie, sociologie, histoire, philosophie, théorie de l’art, musicologie, épistémologie seront donc ici convoquées pour atteindre une meilleure intelligibilité du silence comme pratique, comme faire et faire faire.

Pour accomplir ce programme, nous avons dégagé quelques axes de recherche, qui ne sont pas exclusifs d’autres approches possibles de la question du silence, mais se présentent comme des orientations ou des pistes à explorer prioritairement.

Ethnographier le silence

Le projet d’une « anthropologie du silence » s’est essentiellement fondé sur des matériaux littéraires où le silence apparaît comme d’une dimension de l’être à préserver dans une intimité lointaine du “tintamarre” de la modernité. Ce numéro aspire à au contraire fonder une ethnographie du silence comme méthode d’enquête et comme problématique théorique où ce dernier ne serait plus traité comme le résidu archaïque d’un temps révolu, mais considéré comme un espace fréquenté par les « modernes », à fréquenter d’autant plus par les sciences sociales. Quels sont les terrains du silence aujourd’hui ? Et comment les “ethnographier” ?

Faire silence, faire lien

Prenant à contrepied l’image courante qui le représente comme un “mur”, nous nous intéresserons aux liens créés par le, ou en silence. Dans un article intitulé “l’art d’infléchir les âmes”, Anne-Christine Taylor analyse la place qu’occupent les chants silencieux dans la fabrication de liens de parenté symbolique. Nous savons que les liens scellés par le silence sont d’autant plus forts qu’ils ne sont pas explicités, d’autant plus solides qu’ils ne sont pas dits. Des études plus récentes montrent que ces derniers passent par les sens, les émotions, l’implicite, le non-dit, le tacite. Ces liens impliquent non seulement les humains entre eux, mais aussi les relations que ces derniers entretiennent avec des non-humains (animaux, plantes, êtres métaphysiques) : ce numéro encourage des réflexions sur l’ontologie de ces êtres, menées sur la base de descriptions ethnographiques des interactions entre tous ces actants.

Arts du silence, silence dans l’art

Un autre aspect du silence que ce numéro se propose d’explorer est sa dimension politique, mais dans un sens quelque peu différent par rapport à ce qui a déjà été fait. Des historiens de l’Antiquité se sont interrogés sur la place du silence dans le discours politique. Plus récemment, cette même dimension a été examinée dans un numéro consacré aux usages et interprétations du silence dans le discours politique contemporain. Ce qui nous occupera dans ce numéro, ce n’est pas tant “Ce que se taire veut dire”, c’est plutôt ce que taire peut faire. En histoire, cela amène à s’intéresser à “une pragmatique du silence”, une pragmatique “codifiée, voir dramatisée, qui détermine une hiérarchie sociale de ceux qui se taisent ou de ceux qui font taire”. Cependant la dimension politique du silence se présente sous un aspect aussi ambigu que réversible : lot des classes dominées ou arme des dominants ? Signe de la résistance du peuple vis-à-vis de l’État (selon l’interprétation courante de l’omerta ), ou plutôt marque de l’emprise que les dominants exercent sur les dominés en alternant puissance subjuguante de la parole et pouvoir tétanisant du silence ?

Les propositions de contributions (titre et résumé de 4.000 à 6.000 signes, références bibliographiques incluses, en français ou en anglais) sont attendues pour le 15 janvier 2021. Elles mentionneront les principaux axes de démonstration ainsi que le matériau (enquêtes et/ou archives) mobilisé et seront assorties d’une notice bio-bibliographique de l’auteur. La sélection des propositions sera transmise aux auteur.e.s courant février 2021. Les textes définitifs (de 35.000 à 70.000 signes max., espaces et bibliographie compris) devront être envoyés avant le 31 août 2021. La publication de ce numéro d’Ethnologie française est prévue pour l’automne 2022. La mise en forme des articles retenus s’appuiera sur la note aux auteurs de la revue.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.