Silence(s), acte II (juin 2023)

Pour la deuxième année consécutive, l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence” se réunit à Paris pour y tenir ses activités collectives, entre séminaire, journées d’études et présentations d’ouvrages. Comme l’an passé, cette “résidence” parisienne est l’occasion de partager les recherches sur le silence des membres de l’équipe, en présence des professeurs et des chercheurs invités. Toutes ces activités, ouvertes au public, abordent des sujets variés dans l’interdisciplinarité et entendent réserver une grande place à la discussion et au partage des expériences de recherche. Le programme et la présentation des différentes activités sont disponibles ci-dessous.

Vendredi 2 juin 2023 – Silences meurtriers: une anthropologie politique de l’absence (EHESS-Raspail)

Dans ce séminaire, nous interrogerons le lien social, politique, humain, tel qu’il peut s’établir dans et par l’absence, dans plusieurs contextes ethnographiques. Nous proposons d’explorer l’hypothèse théorique selon laquelle l’absence est une « signature du politique » au sens large, là où elle se substitue à l’exercice du pouvoir. Nous nous écarterons ainsi des formes dominantes d’enquête ethnographique sur le politique qui se concentrent, pour la plupart d’entre elles, sur la subjectivité (la citoyenneté, les migrants, etc.), sur les collectifs politiques (État-nation, partis politiques), sur les modes de domination et sur les formes de présence (façons d’être au monde, ontologies). Nous ouvrirons notre questionnement par ce que Yael Navaro (2020) a appelé « une méthodologie négative », creusant les modes relationnels engendrés par l’absence quand « elle émerge comme une réalité politique ». Nos objets ethnographiques seront tour à tour présentés comme une série de figurations ou présentifications de l’absence. Dans ce sens, Kriti Kapila sondera l’excès généré par la disparition et la dépossession en tant que pratiques de souveraineté de l’État numérique en Inde. Cette ontologie négative, centrée sur ce qui n’existe pas et sur les modalités sociales de non-existence, peut s’articuler avec le silence comme « régime de langage et d’action ». Deborah Puccio-Den examinera le silence engagé pour que l’absence devienne une réalité tangible et effrayante dans les pratiques meurtrières des mafieux siciliens. Silence et absence seront donc à la fois l’objet de notre analyse, et de notre inquiétude, sur les conditions de notre pratique ethnographique et de nos méthodes de recherche lorsqu’elles se confrontent à la disparition de la preuve et des corps. Nous tenterons in fine de faire émerger la trame conceptuelle au sein de laquelle la nature relationnelle de l’absence peut être étudiée, ainsi que son potentiel pour une nouvelle anthropologie politique.

Mardi 6 juin – Silence(s): approches interdisciplinaires (EHESS-Condorcet)

Première séance du séminaire de l’équipe internationale triennale « Arts et Intelligences du silence » qui réunit au sein de l’École des hautes études en sciences sociales un groupe de chercheurs (anthropologues, historiens, historiens de l’art, sociologues, psychiatres) autour de la notion polymorphe de « silence ». Son appréhension par les sciences humaines et sociales constitue toujours un défi dans l’analyse de ses manifestations comme dans l’établissement de définitions robustes permettant de savoir ce que l’on désigne sous le nom générique de « silence ». Le choix des chercheurs de cette équipe a été de l’étudier par le biais de ses « arts » – à savoir des multiples manières de le faire exister dans des espaces réels et fictionnels à la fois – et de ses « intelligences » – à savoir des modalités de le rendre intelligible au moyen de différentes opérations herméneutiques qu’il s’agira de décrire. Le programme « Arts et intelligences du silence » se propose de mener une recherche collective sur ces problématiques et de faire émerger, par le dialogue et l’interdisciplinarité, les contours d’un objet d’étude commun pour l’analyse de cette modalité particulière du langage et de ce régime d’action qu’est le silence.

Mardi 13 juin – Son et silence au Moyen Âge (EHESS-Condorcet)

Parmi les activités de l’équipe internationale triennale « Arts et Intelligences du Silence », la séance du séminaire qui se déroulera le mardi 13 juin est consacré au Moyen Âge occidental, et aux relations entre la voix, et plus généralement les sons, et le silence. Rompant en apparence l’approche pluridisciplinaire et trans-périodes chère à l’EIT, cette journée est toutefois conçue comme un temps d’échange autour de recherches récentes qui démontrent combien les activités humaines dans leur ensemble produisent et reflètent au Moyen Âge les phénomènes sonores. Là, le silence est au cœur de pratiques sociales d’ordre, de régulation et de contrôle, et il se superpose plus qu’il ne s’oppose à la parole, à la musique, au bruit. À travers des présentations abordant des sujets et des contextes variés, il s’agira de définir cet entremêlement médiéval du son et du silence, et d’inscrire ces réflexions dans les problématiques plus larges soulevées par les travaux de l’EIT.

Vendredi 16 juin – Droit & Silence(s) (EHESS-Raspail)

Le droit remplit les interstices du réel mettant des mots, performatifs, là où parfois il y a des absences, des trous, des vides – lorsqu’il qualifie des faits incertains en leur donnant la stabilité des faits de droit. Les anthropologues, juristes, psychanalystes et philosophes engagés dans cette journée d’étude iront en amont de ces opérations de qualification juridique, de ces processus de responsabilisation et de ces transformations ontologiques afin de voir comment le droit opère face à l’invisible pour personnifier des entités naturelles comme les fleuves, attribuer une forme juridique à des menaces collectives comme la mafia, établir le fondement réel du fantasme ou la réalité du sorcier (the witch), ou encore pour interpréter tout ce qui dans le consentement relève du tacite. Ces échanges interdisciplinaires essayeront de préciser le rapport que le droit entretient avec le(s) silence(s) dans plusieurs contextes socio-politiques et aires géographiques (Inde, Amérique Latine, Afrique, Europe) pour une meilleure compréhension des pouvoirs respectifs du droit et du silence.

1, 8, 15 et 22 juin – Séminaires Mondes du crime, mondes du silence : y pénétrer, les comprendre, les décrire (EHESS-Raspail)

Un criminologue, un sociologue et une ethnologue confronteront les techniques et méthodes, qualitatives et quantitatives, utilisées pour pénétrer les mondes du crime (enquêtes ethnographiques dans les favelas brésiliennes ou auprès de la mafia sicilienne, modélisation mathématique des réseaux transnationaux s’adonnant au trafic de drogue, de migrants, d’enfants…) : comment pénétrer, comprendre et décrire des groupes qui échappent à la vue, mais dont on ne fait que parler ou qui font beaucoup parler d’eux ? Quel sens donner à des pratiques criminelles qui, tout en étant « illicites », investissent plusieurs sociétés et espaces, combinant spécificités locales et enjeux globaux ? Quelles approches théoriques, quelles sources et quelles preuves pouvons-nous mobiliser pour décrire ces groupes invisibles ? La première étape de ce séminaire sera donc de déployer le volet « intelligences du silence » par le partage d’une interrogation, et d’une inquiétude, sur nos pratiques d’enquête, et sur les formes d’écriture adoptées et possibles lorsqu’il s’agit de décrire des univers voués au silence. Une attention particulière sera donc portée aux défis éthiques et déontologiques soulevés par le choix d’observer et de restituer l’action de groupes et individus qui, eux, ont fait le choix de dissimuler leur action. Ces mondes que l’on dit silencieux produisent aussi des formes d’autoreprésentation – lors de performances dansées, chantées, musicales, via de multiples supports (murs, photos, vidéos, plateformes numériques) – permettant de les aborder autrement que comme des univers mus uniquement par des logiques de violence, de déprédation, d’enrichissement et de profit : quels modes de gouvernance, quelles normes sociales, quelles modalités relationnelles sont données à voir dans et par ces expressions artistiques ? Comment les acteurs perçoivent-ils leurs activités et leur rôle au sein de leurs communautés ? Et comment, pour finir, ces langages artistiques s’articulent-ils avec le silence, prétendu et réel, de ces mondes criminels ? Ce sera la deuxième étape de notre réflexion conjointe, déployant le volet « arts du silence ».

Vendredi 23 juin – Les sens du politique (EHESS-Raspail)

Lorsqu’on mène une anthropologie politique du silence, de l’absence, de l’invisible, on doit procéder à une réorientation sensorielle : sens du chercheur tout d’abord qui ne pouvant pas forcement poser des questions explicites sur le terrain doit aiguiser sa perception sensible du monde politique social pour se mettre à l’écoute de son silence. Cette nouvelle posture a comme effet la production d’autres formes de description du lien social et politique – lorsque ce dernier est établi par le toucher, structuré par des goûts ou des dégoûts, façonné par l’odorat… – et du pouvoir – lorsque ce dernier se donne à voir comme tel parce qu’il est intouchable, intangible, inaudible et sourd, hors portée sensorielle… A partir de ces appréhensions sensibles du politique, nous essaierons de dégager dans ce dernier séminaire une réflexion sur la possibilité de repenser les « ontologies » en fondant leur description sur des manières de disparaître du monde ou de l’habiter par son absence. Ces descriptions sont-elles susceptibles de conduire à une redéfinition du politique, fondé sur des formes invisibles de domination plutôt que sur des processus de subjectivation ? Des terrains menés en Afrique, en Europe, en Inde et dans l’espace post-soviétique donneront corps et matière à ces discussions.

Mardi 27 juin – Faire silence (EHESS-Condorcet)

Le silence a souvent était décrit comme quelque chose qui n’est pas là, une parole qui s’absente, un bruit qui s’évapore, un vide, un « trou » ou un « blanc » dans la communication ; il a aussi été décrit comme quelque chose qui est déjà là, soubassement de tout acte de langage qui vient s’y poser. Cette séance se propose d’interroger le silence en train de se faire, en explorant sa dimension pragmatique et les problèmes pratiques que cette exploration implique sur le plan de la méthodologie, voire de la déontologie de la recherche. Etudier les multiples façons de faire silence induit à s’interroger sur ce qu’il fait à son tour à la vie sociale. C’est pourquoi nous nous intéresserons aussi aux liens créés par le (ou en) silence, prenant à contrepied l’image courante qui le représente comme un « mur ». Au contraire, nous faisons ici l’hypothèse qu’il s’agit bien d’un régime de langage et d’action particulier, dont ce séminaire souhaite questionner l’ontologie. Comment le silence existe-t-il socialement ?



Citer ce billet
Vincent Debiais (2023, 21 mai). Silence(s), acte II (juin 2023). Silence(s). Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u6h3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.