Lectures croisées

Dans le cadre des activités de l’équipe “Arts et Intelligences du Silence” s’est tenue le 23 juin 2022 une séance de lecture croisée autour de quelques ouvrages publiés par les membres de l’équipe et en présence des professeurs invités. Une belle séance, très animée, qui a permis de faire émerger des questions transversales. C’est le but de ces rencontres annuelles autour de la question du silence.

Vincent DEBIAIS, Le silence dans l’art

Voici une étude sur le silence dans la peinture, sur les liens entre le taire et le voir, sur la représentation du bruit, du tumulte, du fracas à travers les images médiévales. Comment un sens pourrait-il figurer un autre sens ? Comment l’oeil pourrait-il accorder une quelconque épaisseur à l’oreille ? C’est en repartant de l’ouverture du septième sceau dans l’Apocalypse et de sa mise en enluminures dans les manuscrits commentés de Beatus de Liébana, en passant par saint Augustin, que Vincent Debiais montre comment, tableau ou sculpture, l’art se nourrit du silence pour laisser place à l’interprétation qui n’est jamais qu’une rhétorique de la connaissance infinie de Dieu, de son absence présente.

Deborah PUCCIO-DEN, Mafiacraft. An ethnography of deadly silence

“The Mafia? What is the Mafia? Something you eat? Something you drink? I don’t know the Mafia. I’ve never seen it.” Mafiosi have often reacted this way to questions from journalists and law enforcement. Social scientists who study the Mafia usually try to pin down what it “really is,” thus fusing their work with their object. In Mafiacraft, Deborah Puccio-Den undertakes a new form of ethnographic inquiry that focuses not on answering “What is the Mafia?” but on the ontological, moral, and political effects of posing the question itself. Her starting point is that Mafia is not a readily nameable social fact but a problem of thought produced by the absence of words. Puccio-Den approaches covert activities using a model of “Mafiacraft,” which inverts the logic of witchcraft. If witchcraft revolves on the lethal power of speech, Mafiacraft depends on the deadly strength of silence. How do we write an ethnography of phenomena that cannot be named? Puccio-Den approaches this task with a fascinating anthropology of silence, breaking new ground for the study of the world’s most famous criminal organization.

Catherine PERRET, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny

Le lien social se nourrit de quelque chose qui n’est pas social. Tel est le propos de cet essai d’infra-politique dans lequel la philosophe Catherine Perret, explorant la naissance de la pédopsychiatrie et l’histoire des politiques de l’enfance en France au XXe siècle, rencontre Fernand Deligny (1913-1996). De plus en plus étudié en Europe et aux États-Unis, Deligny est aujourd’hui encore un célèbre inconnu. Wikipédia le présente comme « un opposant farouche à la prise en charge asilaire des enfants difficiles ou délinquants et des enfants autistes ». C’est oublier qu’il fut également conteur, écrivain, cinéaste, cartographe, et que les inventions plastiques et poétiques de ce bricoleur de génie contribuent pour une large part à ses expérimentations cliniques. Dans ce livre, Catherine Perret inscrit Deligny dans l’histoire des révolutions psychiatriques qui, suite à l’« extermination douce des fous » dans les hôpitaux psychiatriques français durant la Seconde Guerre mondiale, surent faire de la folie une perspective sur l’humain et du soin psychique une pratique sociale. Les expérimentations éducatives et cliniques de Deligny, ses inventions plastiques éclairent ce qui, chez les humains, vise à la création d’un milieu : un milieu loin du langage et qui ne se laisse capter qu’en images. Catherine Perret montre que la prise en compte sans exclusive de l’humain ne dépend pas seulement de la capacité qu’auraient les sociétés à inclure de plus en plus d’individus dans le respect de leurs différences. Elle dépend aussi de leur capacité à prendre acte de la différence entre la part civilisable de l’homme et son noyau non civilisable, mais pourtant humain. C’est par là que son essai rejoint l’agenda politique de l’anthropologie contemporaine.

Kriti KAPILA, Nullius: The Anthropology of Ownership, Sovereignty, and the Law in India

Nullius is an anthropological account of the troubled status of ownership in India and its consequences for our understanding of sovereignty and social relations. Though property rights and ownership are said to be a cornerstone of modern law, in the Indian case they are often a spectral presence. Kapila offers a detailed study of paradigms where proprietary relations have been erased, denied, misappropriated. The book examines three forms of negation, where the Indian state de facto adopted doctrines of terra nullius (in the erasure of indigenous title), res nullius (in acquiring museum objects), and, controversially, corpus nullius (in denying citizens ownership of their bodies under biometrics). The result is a pathbreaking reconnection of questions of property, exchange, dispossession, law, and sovereignty.



Citer ce billet
Vincent Debiais (2023, 2 janvier). Lectures croisées. Silence(s). Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u6h0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.