Traduire l’absence de mots

Dans le cadre de son séminaire “Ethnographier le silence. Pratiques, méthodes, perspectives théoriques” à l’École des hautes études en sciences sociales, Deborah Puccio-Den accueille ce jeudi 14 janvier 2021 un autre membre de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence” en la personne d’Antonio Balsamo. On abordera la question du silence dans l’exercice de la justice, en particulier dans le cadre de la mafia: indicible du délit, silence du témoin, esclandre du jugement.

Pour la troisième session de son séminaire à l’EHESS, Deborah Puccio-Den propose une séance intitulée “Traduire l’absence de mots”. Anthropologue du silence, anthropologue de la mafia, elle invite ce jeudi 14 janvier deux chercheurs à présenter leurs travaux à la confluence de ces deux thématiques. Berengère Dénizeau (Université Paris Sorbonne Nouvelle-EHESS) présentera d’abord ses recherches de doctorat sur la traduction et l’intraduisibilité des lois antimafia, avant de céder la parole à Antonio Balsamo (ONU, Vienne) pour prolonger la discussion sur les enjeux de la traduction et de l’exportation des législations antimafia. Une après-midi consacrée aux silences du langage, au non-dit qui affleure dès lors que l’on fait dire aux mots ce qui leur échappe par nature.

Membre de l’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence”, Antonio Balsamo est magistrat et spécialiste des questions mafieuses. Juge à la cour de Palerme entre 1995 et 2007, il a pris part à des procès importants en Sicile avant de rejoindre la cour suprême italienne. Spécialiste de droit européen, des droits de l’homme et des relations entre institutions publiques et organisations criminelles, Antonio Balsamo est expert auprès des Nations-Unies pour les questions de droit international. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces questions et dirige la revue La Magistratura. Dans le cadre du séminaire de Deborah Puccio-Den, et plus généralement dans le cadre des activités de l’EIT, il s’agira, pour ce magistrat engagé dans la lutte antimafia depuis plusieurs dizaines d’années, de présenter un certain nombre de dispositifs internationaux visant à élargir la législation antimafia à 190 états membres de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée. Mais aussi de nous faire part d’un certain nombre d’initiatives visant à diffuser une « culture de la légalité » dans les populations concernées.

Séance en ligne sur zoom (lien sur demande auprès de Deborah Puccio-Den) le jeudi 14 janvier de 12h à 15h.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.