Lancement de Silence(s)

L’équipe internationale triennale “Arts et Intelligences du Silence” à laquelle vous nous avez l’honneur de participer clôt en ce mois de juin 2024 ses activités à l’École et lance un nouveau projet éditorial au sein de PépiNord, la pépinière de revues en libre accès de la MSH Paris Nord. Le lancement de la revue aura lieu le mardi 4 juin prochain dans les locaux de la MSH Paris Nord et l’équipe de la rédaction et celle de PépiNord vous recevront pour une présentation de la revue et de son projet, suivie d’échanges et accompagnée de performances artistiques. 

Le projet de création de la revue Silence(s) : revue interdisciplinaire prend naissance dans les travaux de recherche et les activités de l’équipe internationale « Arts et Intelligences du Silence », créée et animée au sein de l’École des hautes études en sciences sociales sur ses différents sites (Paris, Aubervilliers, Marseille) ; elle en est le prolongement naturel et nécessaire. Cette équipe réunit depuis 2020 un groupe d’une vingtaine de chercheurs venus de France et de l’étranger formant une communauté de réflexion inédite autour de la notion de « silence », sujet encore à défricher dans le domaine des sciences humaines et sociales, mais aussi de la biologie, des neurosciences et des sciences cognitives. Avec cette initiative, l’historien Vincent Debiais et l’anthropologue Deborah Puccio-Den, coordinateurs de l’équipe, se sont proposé d’instaurer les conditions d’un dialogue entre anthropologie et histoire, en particulier pour le Moyen Âge, inscrivant ainsi la recherche sur le silence dans une tradition de l’EHESS qui a vu la collaboration étroite entre ces deux disciplines sur des objets d’études comme l’espace, l’image religieuse, les pratiques d’écriture, le corps, le geste, les transactions monétaires. Par ailleurs, l’exploration d’une notion comme le silence qui embrasse l’ensemble des manifestations sociales, reposait non seulement sur les disciplines enseignées à  l’EHESS, mais aussi sur les traditions d’autres universités de France (Université de Poitiers) et du monde (Espagne, Italie, États-Unis) qui prônent, en même temps que les échanges interdisciplinaires, une ouverture à l’univers de la création artistique dans toutes ses manifestations (peinture, théâtre, danse, musique), ainsi qu’à la société et à ses besoins (justice, lutte à la criminalité, à l’insécurité et à la précarité, aux formes de violence générées par la silenciation). Dans cette volonté intellectuelle de dialogue et d’expérimentation et à l’occasion des périodes de confinement liées à la pandémie de COVID 19, des chercheurs (sociologues, anthropologues, juristes…), des artistes et des magistrats ont rejoint la nécessité de créer l’espace académique pour confronter leur besoin commun de rendre intelligible leur objet d’étude partagé, le silence, et d’en redéployer les modalités de description selon des formats nouveaux.

Le projet éditorial Silence(s) : revue interdisciplinaire entend s’inscrire dans ce sillage intellectuel, et rendre compte de travaux de recherche sur le silence bien sûr, mais aussi sur l’ensemble des faits et notions « de creux » dans les sciences humaines et sociales ; ces sujets, parce que posés traditionnellement comme l’opposé, l’inverse ou le « rien » du matériau d’enquête, disparaissent des recherches alors qu’ils documentent dans leur existence même des relations cruciales au réel. La revue proposerait alors des numéros thématiques sur le silence, l’absence, le vide, l’intraduisible, les études sourdes ou celles se rattachant à la Muted Group Theory, le blanc, l’attente, l’intervalle, le rien, la négation, etc. Aux billets d’opinion, réflexions libres, journaux de terrain, portraits de chercheurs déjà proposés dans le carnet de recherche s’ajouterait ainsi la dimension éditoriale d’articles scientifiques de fond, l’ensemble permettant de diffuser les acquis théoriques et méthodologiques des échanges initiés dans le cadre des travaux sur le silence, tout en ouvrant de nouvelles perspectives de recherche en sciences humaines et sociales. L’équipe à l’origine de cette initiative promeut très largement l’échange et la discussion dans l’exploration des questions historiques, philosophiques, anthropologiques et artistiques liées au silence ; elle est comme il se doit particulièrement attentive à l’évaluation rigoureuse des travaux et à leur inscription dans un cadre de recherche partagé par la communauté des sciences humaines et sociales. Cette revue interdisciplinaire, ouverte également aux sciences dites « dures », entend devenir un moyen de diffuser des résultats originaux dans l’exploration de ces sujets laissés dans l’angle mort de la recherche, et un outil permettant de favoriser le travail collaboratif à l’interface de nos sociétés (européennes, internationales, globales).

L’originalité de la revue Silence(s) est triple. Elle tient d’abord dans son interdisciplinarité réelle et nécessaire. Si les sciences humaines et sociales prônent souvent un croisement des disciplines, à la faveur d’un contexte intellectuel qui fait de ce croisement une valeur ajoutée plutôt que pour atteindre des résultats plus pointus ou pertinents, les conditions d’une telle rencontre sont rarement réunies, non pas en raison d’un défaut dans la qualité des recherches produites, mais parce que l’exploration de la plupart des sujets demande en réalité et a contrario une expertise clairement définie et un cadre méthodologique fermé. On assiste ainsi souvent à une juxtaposition des savoir-faire plutôt qu’à leur mise en commun. Avec l’analyse de ces phénomènes de « creux » en revanche, cette interdisciplinarité se doit d’être mise en œuvre pratiquement et au-delà de tout présupposé de recherche : elle est imposée par les sujets traités. Les disciplines doivent répondre aux défis heuristiques lancés par des sujets qu’une expertise unique ne permet pas de traiter. C’est l’enseignement tirés de ces deux dernières années de travail consacré à l’étude du silence au cours desquelles on a constaté que les limites imposées à l’enquête ethnographique sur cette question, par exemple, pouvaient être résolues par les apports de la philosophie et de la psychanalyse ; les questions laissées en suspens par l’analyse historique étaient, elles, éclairées par les approches en histoire de l’art, en anthropologie et en histoire des sciences…. La publication de la revue Silence(s) permet de créer un laboratoire pour pratiquer durablement et rendre compte des résultats de cette interdisciplinarité réelle et efficace ; de fournir des exemples de bonnes pratiques et de plaider par l’exemple pour une solidarité des sciences humaines et sociales.

La seconde originalité vient du fait que, contrairement à un grand nombre de publications de sciences humaines et sociales qui font leur apparition actuellement et qui convoquent à d’autres fins le mot « silence » dans leur titre, la revue Silence(s) n’entend pas répondre à un quelconque agenda politique ou idéologique en prônant des actions à rebours, pour ou contre les tendances sociales contemporaines. Elle veut au contraire prendre le temps de la description et restituer avec rigueur et profondeur des phénomènes sociaux indépendamment de leur emprise sur l’actualité. Elle prétend ainsi se garder de tout activisme, non pas pour contester l’apport essentiel des sciences humaines et sociales dans le domaine de la défense des libertés académiques et dans la prescription de pratiques vertueuses pour le vivre ensemble, mais pour garantir aux publications un espace de discussion sans urgence. Cette volonté d’échapper à l’empressement d’une posture politique ou de l’action est devenue rare dans le domaine éditorial en SHS. En préparant des dossiers thématiques consacrées à des notions en apparence à contre-courant des tendances actuelles de la recherche (l’absence, la négation, la discrétion, le vide…), la revue Silence(s) entend freiner le travail et l’analyse et contribuer ainsi au mouvement de la slow science.

La troisième originalité de la revue Silence(s) tient à son orientation méthodologique. Elle intègre en effet une dimension profondément réflexive en interrogeant, au sein des dossiers thématiques, les moyens des sciences humaines et sociales à décrire, analyser, restituer et comprendre des phénomènes sociaux qui échappent au langage, qui relèvent de l’intuition et de la sensation, qui appartiennent au domaine du non-dit, du secret, de l’interdit, du tabou. Une place importante est ainsi réservée à l’exploration de nouvelles modalités d’écrire les sciences sociales en mêlant le texte et l’image, en convoquant les pratiques artistiques. La forme numérique de la revue permet cette diversité des supports qui devient le lieu d’une véritable recherche sur les moyens de la recherche. Il s’agit ainsi de tester, au cœur de la publication, la robustesse heuristique de différents formats d’enquête et de restitution des connaissances. Si ces interrogations appartiennent à la tradition épistémologique des sciences sociales depuis leur développement, la revue Silence(s) entend les intégrer pleinement à la publication en invitant les auteurs à porter un regard critique sur leurs propres méthodes dès lors qu’elles s’appliquent aux notions du creux telles que le silence ou l’absence.

Le lancement de la revue aura lieu le mardi 4 juin prochain dans les locaux de la MSH Paris Nord et l’équipe de la rédaction et celle de PépiNord vous recevront pour une présentation de la revue et de son projet, suivie d’échanges et accompagnée de performances artistiques. Le silence, envisagé dans la multitude de ses dimensions et des sensibilités, y sera notamment mis à l’honneur par :
– la présentation du premier numéro “Faire silence”.
– une conférence-projection du photographe Philippe Dollo qui, à travers son travail sur les mémoires tues des victimes de la guerre civile espagnole, dresse le portrait d’un pays muré dans le Silencio. Il présentera son dernier ouvrage, No Pasa Nada
– le concert-speech Sirènes, ou la voix du silence. Éloge de la condition hybride donné par Emanuele Coco, musicien et historien de la philosophie et Francesco Bearzatti, saxophoniste de renommée internationale. Créatures du mythe, de l’entre-deux, les sirènes sont un miroir tendu à notre humanité, à une distance que la musique nous permettra d’éprouver.

Retrouvez le programme complet de cet après-midi ainsi le formulaire d’inscription sur le site de la MSH Paris Nord.

L’affiche de la manifestation et l’en-tête de ce billet ont été créés à partir de clichés publiés dans No pasa nada (c) Ph. Dollo.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Debiais (31 mai 2024). Lancement de Silence(s). Silence(s). Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rmq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.